Le ministre français de la Culture expose la stratégie de relance des sites culturels

La ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot, a présenté la stratégie de réouverture des lieux culturels, y compris des cinémas, le 19 mai. D’une part, il n’y aura pas de vente de pop-corn ou d’autres aliments et boissons dans les cinémas au cours des trois premières semaines. réouverture.

S’adressant à l’Assemblée nationale le 3 mai, Bachelot a déclaré que manger à l’intérieur des théâtres n’était pas autorisé car les restaurants et les bars ne seraient pas autorisés à servir les clients à l’intérieur avant le 9 juin. Seuls les espaces extérieurs à l’extérieur des cafés et restaurants rouvriront le 19 mai.

“Il n’y a aucune raison pour qu’il y ait deux poids deux mesures en termes de restrictions imposées aux restaurants” communs “et de restrictions qui s’appliqueraient aux restaurants liés à un événement culturel (ou à un lieu)”, a déclaré Bachelot à l’Assemblée nationale. L’idée de base est que tout le monde porte un masque à la maison et n’a aucune raison de l’enlever.

Bachelot a également souligné que le gouvernement était conscient de l’impact économique que les limites de sièges – de 35% le 19 mai à 65% le 9 juin et 100% le 30 juin – auront sur les lieux culturels et est actuellement en discussion avec le Ministère de l’économie et des finances pour trouver des fonds pour compenser les entrées dans les premiers stades de la réouverture des cinémas, de la musique et des spectacles. Tous les lieux culturels français sont fermés depuis le 30 octobre.

Les exposants et les distributeurs espéraient également que les spectateurs pourraient regarder les projections du soir se terminer après le couvre-feu de 21 heures (qui se tiendra jusqu’au 9 juin) avec une preuve d’achat de billets, mais Bachelot n’a pas abordé le problème. En théorie, un couvre-feu à 21 heures signifie que les cinémas devraient pouvoir programmer une projection en soirée, à moins que les films ne durent plus de deux heures. Il sera cependant difficile pour les gens de rentrer chez eux à ce moment-là après avoir quitté une projection.

READ  Le gouverneur défensif de New York, Andrew Cuomo, accuse le surmenage de ne pas avoir couvert les retards dans les données Covid; Le personnel n'était pas "dans le sud de la France en vacances"

Bachelot a reconnu que l’industrie française était “confrontée à un mur du cinéma” dans les mois à venir et a déclaré que l’arriéré comprenait quelque 150 films français et 250 films étrangers. Bachelot a déclaré qu’il était encourageant de voir le comité anti-trust récemment fourni des commentaires positifs sur l’initiative en cours de discussion par les bannières de distribution françaises pour collaborer sur le programme de sortie respectif. Le ministre de la Culture a déclaré que l’Office national du film (CNC) a été appelé à rédiger un accord auquel les distributeurs pourront participer. «Je suis confiant dans la responsabilité de chacun, les distributeurs, de (faire) conclure rapidement cet accord pour le bénéfice de tous», a déclaré Bachelot. Jusqu’à présent, aucun des acteurs majeurs de la distribution – Gaumont, SND, UGC, Pathé, Studiocanal et Metropolitan FilmExport – n’a pris part aux discussions pour coordonner les sorties.

Parlant de mesures de sauvetage, Bachelot n’a pas évoqué la situation des pigistes de l’industrie du spectacle, qui ont traditionnellement accès aux allocations de chômage une fois 507 heures de travail accomplies par an et demandent une extension du régime d’exception qui leur donnait un accès obligatoire aux prestations. pendant la pandémie et se termine en juillet 2021.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here