Le Québec adopte le projet de loi de réforme de la langue française 96 au milieu des préoccupations des anglophones et des autochtones

Le gouvernement majoritaire du Québec a adopté son projet de loi linguistique controversé révisant la Charte de la langue française, lors d’un vote qui n’a duré que quelques minutes à l’Assemblée nationale cet après-midi.

La dissidence sur le projet de loi 96 s’est intensifiée ces dernières semaines avec des milliers de personnes qui ont manifesté, dénonçant le projet de loi pour entraver les droits des anglophones, des allophones et des communautés autochtones.

Le projet de loi a une large portée, restreint l’utilisation de l’anglais dans les tribunaux et les services publics et impose des exigences linguistiques plus strictes aux petites entreprises et aux municipalités.

Il limite également le nombre d’étudiants qui peuvent fréquenter les collèges de langue anglaise, connus sous le nom de CEGEP, et augmente le nombre de cours de français que les étudiants doivent suivre dans les collèges.

Soixante-dix-huit membres de l’Assemblée nationale ont voté pour et 29 contre, dont des membres de deux partis d’opposition. La loi a été adoptée vers 15 h 05 HE.

Le Parti québécois a déclaré que la législation n’allait pas assez loin dans la protection de la langue française au Québec, tandis que la chef du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a dénoncé l’utilisation de la clause de renonciation par le projet de loi, affirmant qu’elle devrait aller trop loin.

La clause de renonciation permet à une province d’ignorer les libertés fondamentales garanties par la Charte canadienne des droits et libertés. Au lieu de simplement appliquer la clause à des parties spécifiques du projet de loi 96, le gouvernement a appliqué la clause à l’ensemble du projet de loi, protégeant chaque aspect de la loi de grande envergure contre les contestations judiciaires sur papier.

READ  « Si je démarrais une entreprise aujourd'hui, je commencerais depuis mon siège social numérique »

Le premier ministre du Québec, François Legault, et le ministre responsable de la langue française, Simon Jolin-Barrette, ont défendu le projet de loi à la suite des manifestations, qualifiant les craintes des manifestants de non fondées et affirmant que les citoyens québécois autorisés à étudier en anglais auront accès à des services dans leur Langue.

Après l’adoption de la loi, Legault a déclaré que les opinions opposées des autres partis montraient que la loi était « équilibrée, responsable, modérée ».

Legalult a déclaré que les critiques qui disent que le projet de loi affectera les services de santé ont tort parce que la loi ne change pas la loi québécoise sur les services de santé, qui promet un service en anglais à ceux qui en font la demande.

« Nous veillerons à ce que le statu quo soit maintenu, ce qui signifie que, quelles que soient leurs origines, les personnes ayant besoin de services de santé au Royaume-Uni pourront continuer à les recevoir », a-t-il déclaré.

Jolin-Barrette a qualifié la loi de début d’un effort revitalisé pour renforcer la langue française dans la province.

Les membres de Québec Solidaire ont voté pour, bien que le parti ait exprimé son malaise face à la clause du projet de loi demandant aux réfugiés d’apprendre le français dans les six mois suivant leur arrivée, après quoi ils ne peuvent plus accéder aux services dans une autre langue .

Pascal Bérubé, un critique linguistique du PQ, a déclaré que son parti aurait préféré que la loi étende la Charte de la langue française aux cégeps, ce qui signifie que les francophones et les enfants de personnes qui n’ont pas fréquenté l’école anglaise devraient avoir fréquenté le cégep en français.

Les membres de la CAQ célèbrent le vote et l’adoption du projet de loi 96 par l’Assemblée nationale du Québec

Lors d’un court vote mardi, le gouvernement du Québec a adopté son projet de loi linguistique controversé révisant la Charte de la langue française.

READ  La Chine qualifie les ajouts à la liste noire économique américaine de « suppression déraisonnable »

Mais Legault a déclaré que la demande de Bérubé n’est pas réaliste car elle entraînerait la fermeture de la moitié des cégeps britanniques au Québec.

Au lieu de cela, le premier ministre a déclaré que la province devrait s’assurer que davantage d’immigrants acceptés dans la province parlent déjà français, notant que le sujet fera partie de la campagne électorale de la Coalition Avenir Québec.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré mardi qu’il avait des inquiétudes au sujet de la loi, sans dire si le gouvernement fédéral tenterait de contester sa légalité.

« Nous prendrons nos décisions en fonction de ce que nous voyons comme la nécessité de protéger les minorités à travers le pays », a déclaré Trudeau.

Réagissant à l’adoption de la loi, Anglade a déclaré que les Québécois pouvaient s’attendre à plusieurs contestations judiciaires. Il a dit qu’il préférait que ces défis ne viennent pas des fédéraux.

Droit diviseur

Anglade a déclaré que la loi était source de division et n’était pas rassuré par l’affirmation de Legault selon laquelle rien ne changerait dans les soins de santé, notant que le Collège médical du Québec a également signalé de graves « zones grises » sur les soins de santé la semaine dernière dans le projet de loi.

Il a également qualifié l’obligation pour les nouveaux immigrants d’apprendre le français dans les six mois « d’irréaliste, d’inacceptable et de contre-productive ».

Le Quebec Community Groups Network, un organisme qui fait la promotion des droits des anglophones de la province, s’est dit profondément déçu de l’adoption de la loi.

La chef libérale du Québec, Dominique Anglade, a déclaré que le projet de loi 96 est source de division, plutôt que de promouvoir la langue française de manière inclusive. (Jacques Boissinot / La Presse Canadienne)

Marlene Jennings, présidente du QCGN, était une voix critique de la loi et a prononcé un discours lors du grand rassemblement contre le projet de loi 96 au centre-ville de Montréal il y a plus d’une semaine.

Dans un communiqué, Jennings a déclaré que « la loi 96 est la plus importante dérogation aux droits de l’homme de l’histoire du Québec et du Canada ».

Jennings a déclaré que la création par le gouvernement provincial d’un groupe anglophone appelé la «communauté anglophone historique» excluait des milliers de personnes d’horizons divers qui seraient lésées en n’ayant pas accès aux services de première ligne britanniques.

« Cette législation révoque le droit d’accès aux services en anglais pour environ 300 000 à 500 000 Québécois anglophones », indique le communiqué.

Le groupe a également déclaré qu’il était contre les pouvoirs étendus que la loi accorde aux Office québécois de la langue française (OQLF), l’organisme gouvernemental chargé de veiller au respect de la Charte de la langue française. La Charte renouvelée permet à l’OQLF d’effectuer des perquisitions sans mandat.

Mardi soir, l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec s’est prononcée contre l’adoption de la loi, tweetant que « ce n’est pas seulement mauvais. [for] Québécois anglophone mais pour l’ensemble du Québec ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here