Le racisme contre les Asiatiques en Belgique « un problème sous-estimé »

© Markus Spiske / Unsplash

Alors que les États-Unis sont aux prises avec les conséquences d’une fusillade de masse au cours de laquelle huit personnes ont été tuées, dont six femmes asiatiques, la Belgique est confrontée à ses propres problèmes de racisme contre les personnes d’origine asiatique dans le pays.

Le coronavirus a eu un impact sur la prévalence du racisme contre les personnes d’origine asiatique, selon le directeur d’Unia (Centre interfédéral pour l’égalité des chances).

Unia a reçu un nombre record de plaintes liées au racisme en 2020, soit 49% de plus qu’en 2019. Au total, le centre a reçu 3 684 plaintes, relatives à 2 081 événements individuels. C’est en moyenne un peu plus de dix par jour et 49% de plus que l’année précédente.

Mais le racisme contre les Asiatiques en particulier avait un autre type de nature sinistre, directement lié à la pandémie mondiale. En raison des origines du coronavirus en Chine, les personnes d’origine asiatique se sont retrouvées victimes de harcèlement et de discrimination.

« La crise de la couronne a eu un impact sur le racisme contre les personnes d’origine asiatique », a déclaré le directeur Els Keytsman. Le standard simplement.

« Nous avons eu un rapport sur un homme qui a pris le bus avec son fils et a été crié dessus », a déclaré Keytsman. Une autre personne d’origine asiatique s’est vu refuser une chambre d’hôtel. Citant la peur du coronavirus, le personnel ne laisserait aucun Asiatiques passer la nuit.

« Le racisme contre les Belges asiatiques est un problème sous-estimé », a déclaré Keytsman. «Il y a quelques années, un homme politique (le maire d’Anvers Bart De Wever) a déclaré que les Belges asiatiques ne se plaignent pas du racisme. Cependant, nos recherches montrent qu’ils sont également confrontés à la discrimination dans différentes couches de la société. « 

READ  Les États-Unis annoncent un "accord de paix historique" entre Israël et les Émirats arabes unis

Nouvelles connexes

Unia ne conserve pas de chiffres exacts sur l’origine des personnes qui dénoncent le racisme au Centre pour l’égalité des chances.

«Nous savons que le racisme est structurel. Il ne s’agit pas seulement du nombre de rapports que nous recevons », a déclaré Keytsman.« Les inégalités ethniques sont toujours endémiques dans diverses couches de la société.

Keytsman soutient que la lutte contre le racisme doit être menée dans plusieurs domaines et que le mouvement Black Lives Matter a accru la prise de conscience du racisme en général.

«De plus en plus de gens disent que le racisme n’est pas bon. Les gens sont plus disposés à se rendre chez Unia ou à la police « , a déclaré Keytsman. » Cependant, un plan d’action structurel est nécessaire de toute urgence. La sensibilisation seule ne suffira pas. Il faudra encore soixante ans avant que l’inégalité raciale dans la société ne soit réduite « .

La loi antiraciste belge fête ses 40 ans.

Hélène Lyons
Le Brussels Times

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here