Le réseau transatlantique reliant le « Freedom Convoy » français au Canada

Par Layli Foroudi

PARIS (Reuters) – Le Canadien Alexis Cossette-Trudel, suspendu de Facebook et Twitter pour avoir promu la théorie du complot QAnon, avait un message qu’il voulait envoyer du Canada vers la France.

Les manifestations du « Convoi pour la liberté » contre les mandats de vaccination contre la COVID-19 qui commençaient à bloquer les liaisons de transport au Canada ont porté un coup sévère à la liberté et les Français devraient en prendre note, a-t-il déclaré dans un Français d’accent québécois.

« Le convoi vers la liberté est un mouvement festif et exemplaire », a déclaré Cossette-Trudel dans une vidéo diffusée sur France Soir, un média en ligne français sceptique face au COVID, le 7 février.

Cinq jours plus tard, un « convoi de la liberté » français – avec des personnes agitant des drapeaux canadiens – a défié les interdictions policières d’entrer dans la capitale française et a perturbé la circulation autour de l’Arc de Triomphe. La police a déployé des gaz lacrymogènes et procédé à plus de 50 arrestations.

Reuters a découvert que certaines des voix en ligne les plus fortes coordonnant le convoi français avaient des liens directs avec Cossette-Trudel et d’autres Canadiens, révélant un réseau de connexions entre les groupes « anti-vaxx » et de droite dans les deux pays.

Certes, le convoi de la liberté en France provenait principalement de mouvements locaux, dont les « gilets jaunes » dont les manifestations ont commencé en 2018, et les personnes publiquement identifiées comme ses dirigeants n’avaient aucun lien direct avec leurs pairs au Canada. .

Mais les liens identifiés par Reuters entre les anti-vaxxers français et canadiens ont aidé à traduire les messages de protestation et les tactiques circulant parmi les anti-vaxxers nord-américains au public français.

READ  Amandine Petit sacrée, Miss Provence insultée ... un événement riche en événements

C’est un lien qui, selon certains chercheurs, pourrait faire bouger l’aiguille lors des élections présidentielles françaises d’avril, lorsque les anti-vaxxers sont susceptibles d’être actifs.

Les YouTubers et blogueurs canadiens, en particulier ceux du Québec francophone, sont des intermédiaires naturels entre l’Amérique du Nord et la France, a déclaré Benjamin Tainturier, chercheur MédiaLab à l’Université Sciences Po à Paris.

« Ils ont des chaînes françaises [where] ils disent ‘Regardez ce qui se passe aux États-Unis’, parce qu’ils sont proches du territoire, ils parlent l’anglais comme deuxième langue maternelle et ils connaissent l’écosystème Youtuber. »

Cossett-Trudel a déclaré à Reuters que la moitié de ses téléspectateurs venaient de France.

Il opère en grande partie via Radio Québec, une plateforme francophone dont la principale priorité éditoriale est de s’opposer aux restrictions liées au COVID-19 et au vaccin, qu’il considère comme faisant partie d’une « prise de contrôle de l’établissement ».

Banni des principaux médias sociaux, il diffuse désormais via d’autres plateformes telles que VKontakte, Odyssee et Gettr, favorisées par des personnes comme Cossette-Trudel qui ont été retirées de YouTube. Sur les trois plateformes, il compte au total plus de 100 000 abonnés.

« L’AMOUR DE FRANCE »

Les liens historiques entre les deux pays ont amené certains Français à faire des dons à la cause des camionneurs canadiens.

Une collecte de fonds sur la plateforme chrétienne GiveSendGo a reçu 8 501 dollars de 130 Français entre le 5 et le 10 février, selon Distributed Denial of Secrets, un site web qui gère des fuites de données et prétend avoir reçu des données de donateurs piratés.

READ  Julien Cohen "Deal conclu" a donné de l'argent à une fille, toujours très généreuse, il lui a laissé son objet!

Un donateur a écrit: « Avec l’amour de la France, et je suis désolé de vous avoir envoyé la famille Trudeau il y a des siècles. » Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a invoqué des pouvoirs d’urgence rarement utilisés pour mettre fin à l’occupation de trois semaines d’Ottawa par des manifestants ce week-end.

Cossette-Trudel dit s’entretenir régulièrement avec Richard Boutry, l’un des organisateurs du convoi français qu’il qualifie d' »ami ».

Boutry, un chrétien qui croit que ceux qui sont au gouvernement sont des «disciples de satan», est apparu à Radio Québec et a animé Cossette-Trudel sur son média alternatif, La Minute de Ricardo.

Cossette-Trudel a participé à des événements organisés par un organisme canadien à but non lucratif appelé la Fondation pour la défense des droits et libertés du peuple (FDDLP).

Des étoiles montantes françaises de l’anti-vaxx siègent à son conseil d’experts : l’anesthésiste Louis Fouché et la généticienne Alexandra Henrion-Caude, ainsi que l’infectiologue Christian Peronne et l’épidémiologiste Laurent Toubiana.

La fondation a levé 1,2 million de dollars canadiens, et la deuxième dépense la plus importante après les frais d’avocat est le paiement de ses neuf experts, a déclaré le président du FDDLP, Stéphane Blaise.

Sur les quatre experts français, certains sont rémunérés et d’autres bénévoles, a-t-il précisé, sans donner de précisions. Henrion-Caude a nié avoir reçu de l’argent et a affirmé qu’il n’avait financé aucune campagne. Les autres experts n’ont pas répondu lorsqu’ils ont été contactés pour commentaires par Reuters.

« Beaucoup d’Européens nous suivent », a déclaré Blaise. « C’est une belle collaboration ».

L’analyse de l’activité des médias sociaux lors de la dernière élection présidentielle française, en 2017, a montré que des militants en ligne nord-américains et français se coordonnaient sur le populaire forum d’extrême droite, 4chan, pour faire basculer les votes en faveur de la challenger d’extrême droite Marine Le Pen.

READ  Tan France de Queer Eye a "perdu" le match de Phillip Schofield

Avant le « convoi vers la liberté » français, les comptes Twitter appelant à la manifestation ou interagissant avec elle étaient principalement liés au candidat présidentiel anti-vaxxer Florian Phillipot, suivi du candidat présidentiel d’extrême droite Eric Zemmour, selon l’analyse des données de l’agence française National Centre de Recherche Scientifique (CNRS).

Le directeur de recherche au CNRS, David Chavalarias, a déclaré que la mobilisation – en ligne et hors ligne – était un échauffement pour les élections. « Cela deviendra plus important et plus coordonné », a-t-il déclaré.

(Reportage par Layli Foroudi; Reportage supplémentaire par Allison Lampert à Montréal et Anna Mehler Paperny à Toronto; Écriture par Christian Lowe; Montage par Alex Richardson)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here