F.La rance a atteint son point bas à Twickenham il y a deux ans. Une défaite record contre l’Angleterre a incité leurs défenseurs aguerris Camille Lopez et Morgan Parra à se demander publiquement comment l’équipe était entraînée, ou non, selon leurs propres mots. Ils ont été éliminés pour le match suivant et remplacés par Romain Ntamack et Antoine Dupont, l’espoir émergeant du désespoir.

La France était alors entraînée par Jacques Brunel. Il a été nommé à la hâte après le divorce désordonné de l’équipe nationale avec Guy Novès. En tant qu’ami du président de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte, il n’était que trop heureux de signer un pré-nup alors que ses employeurs cherchaient un partenaire plus approprié.

Il s’est avéré être Fabien Galthié, qui a été intronisé dans l’équipe dirigeante de Brunel pour la Coupe du monde 2019. À la fin du tournoi, l’équipe portait plus de son empreinte que celle de l’entraîneur nominal, avec Charles Ollivon et Grégory Alldritt installés. à l’arrière, Bernard Le Roux dans le bloc et Virimi Vakatawa et Gaël Fickou au milieu de terrain; sans oublier Ntamack et Dupont.

Les deux seuls titulaires à Twickenham il y a deux ans qui faisaient partie de l’équipe qui a joué contre l’Irlande lors du dernier match de la France aux Six Nations de cette année étaient Damian Penaud et Fickou, qui était à l’aile cet après-midi. Cela se compare à six lors de la défaite en quart de finale de 2019 contre le Pays de Galles, une équipe qui comprenait Vakatawa et Ntamack, qui a raté le combat de Dublin en raison d’une blessure.

La France a été un désastre il y a deux ans. Ils se sont présentés à Twickenham pour affronter une équipe célèbre pour leurs coups de pied sans arrière latéral reconnu et ont été dûment exposés. L’Angleterre a obtenu le point de bonus pour l’essai avant la mi-temps contre une équipe qui n’avait remporté que sept matchs des Six Nations depuis la Coupe du monde 2015 et à seulement deux de Paris, contre l’Italie et l’Écosse.

La France est découragée après la troisième tentative de l’Angleterre à Twickenham en 2019. Seuls deux des XV de départ ont joué ce jour-là en Irlande le mois dernier. Directeur de la photographie: Tom Jenkins / The Guardian

L’Angleterre, en revanche, était en pleine croissance, même si elle a perdu contre Cardiff au tour suivant et a perdu le titre. Onze des partants il y a deux ans ont pris le terrain à Cardiff il y a 12 jours: deux des absents ont été blessés, Manu Tuilagi et Courtney Lawes, tandis que Maro Itoje a raté le match de 2019. Seuls Chris Ashton et George Kruis sont désormais hors jeu, mais la préférence d’Eddie Jones pour une équipe stable a été remise en question après deux défaites cette année.

«Ce type est un génie. Je ne le vois jamais jouer un mauvais match et c’est pourquoi il est l’un des meilleurs joueurs du monde, sinon le meilleur. C’est formidable de jouer avec un capitaine qui est aussi dominant que lui et qui commande du front comme il le fait. »Le talonneur anglais Jamie George parlait d’Owen Farrell après sa victoire 44-8 contre la France mais, deux ans plus tard, les joueurs doit défendre un joueur dont la place dans l’équipe, quel que soit son leadership, est de plus en plus remise en question. Jones est fidèle aux joueurs qui l’ont servi, le manager de l’Angleterre a besoin de plus d’un ou deux jours de congé pour lui faire réfléchir s’il y a eu un changement de paradigme.

Une question est de savoir si l’Angleterre est une équipe plus à l’image de Farrell, qui a fait ses débuts d’essai en 2012, que Jones, qui a lancé quatre ans plus tard. Dans les tournois, Jones a utilisé deux moitiés de mouche, Farrell et George Ford, déployant régulièrement la première au centre intérieur. Marcus Smith et Jacob Umaga ont eu un avant-goût de la vie d’équipe sans se rapprocher de la sélection, tandis que Danny Cipriani a été taquiné en préparation de la Coupe du monde avant d’être omis.

La seule apparition de Cipriani sous Jones a eu lieu lors du troisième test contre l’Afrique du Sud en 2018, lorsque la série a été perdue. Son coup de pied pour Jonny May a contribué à évoquer la victoire, mais les expressions faciales de Farrell à certains moments pendant le match indiquaient qu’il n’avait aucune confiance dans le demi-arrière volant qui avait remplacé quelqu’un avec qui il était loin derrière, Ford.

Jones ne discute jamais des raisons du rugby derrière sa décision d’exclure des joueurs. Sa seule observation sur Cipriani était qu’il ne pensait pas que le joueur serait satisfait d’un petit rôle dans l’équipe; c’était quelqu’un qui devait être de premier ordre ou négligé. Si Cipriani s’est battu pour s’intégrer dans l’équipe sud-africaine, était-ce plus pour lui ou pour son capitaine? Était-il le bienvenu?

Pascal Gaüzère accorde un penalty contre l'Angleterre à Cardiff
Pascal Gaüzère accorde un penalty contre l’Angleterre à Cardiff. L’équipe d’Eddie Jones ne s’est pas adaptée à la manière dont l’échec a été arbitré. Photographie: David Rogers / The RFU Collection / Getty Images

Farrell en est venu à définir l’Angleterre avec sa compétitivité, son souci du détail, son organisation défensive et sa capacité à exécuter un plan de match, mais comme Jones prévoit de mettre davantage l’accent sur un jeu plus ouvert et non structuré menant à la Coupe du monde 2023, il devra prendre en compte s’il a besoin de quelqu’un de plus instinctif à la barre.

Ce n’est pas que l’Angleterre soit maintenant là où la France était il y a deux ans, loin de là, mais l’équipe qui a démantelé la Nouvelle-Zélande en demi-finale de Coupe du monde vient de se revoir depuis et l’incapacité récurrente à réagir aux événements, mise en évidence par leur échec. s’adapter à la manière dont Pascal Gaüzère a arbitré l’échec à Cardiff, est une faiblesse qui les empêchera de devenir, selon les mots de Jones, la plus grande équipe que le monde ait jamais vue.

Abonnez-vous à la ventilation.

Le mot culture a été beaucoup utilisé par l’ancien régime britannique, et le moment est peut-être venu pour un autre changement. La France avait l’habitude de changer de camp pour le plaisir et le résultat était une dérisoire incohérence, mais le danger de faire quelques changements volontaires est un sentiment de bien-être qui se transforme en complaisance, cancéreux dans un environnement concurrentiel.

Il y a deux ans, la France est arrivée à Twickenham sans aucun plan visible. Tout ce que l’on pouvait dire à leur sujet, c’est qu’ils n’ont jamais abandonné. La distance considérable entre les deux équipes s’est donc rétrécie et, ayant gagné à Cardiff l’an dernier pour la première fois en dix ans et mettant fin à 10 ans de sécheresse à Dublin le mois dernier, la France n’a plus que Twickenham à faire. Une réaction à la défaite du Pays de Galles ne suffira pas à l’Angleterre: ils devront commencer à utiliser leur tête.

Ceci est un extrait de notre e-mail hebdomadaire du syndicat de rugby, The Breakdown. Pour vous inscrire, visitez cette page et suivez les instructions.

READ  L'accent de Jürgen Klopp sur Mohamed Salah, Jesé proche d'un rebond improbable