Le Royaume-Uni n’approuverait pas le vaccin Valneva COVID, déclare le secrétaire à la Santé

LONDRES, 14 septembre (Reuters) – La Grande-Bretagne a annulé son contrat pour environ 100 millions de doses d’un vaccin COVID-19 développé par le français Valneva (VLS.PA) en partie parce qu’il était clair qu’il ne serait pas approuvé pour une utilisation dans le pays, a déclaré mardi le secrétaire britannique à la Santé, Sajid Javid.

“Il y a des raisons commerciales pour lesquelles nous avons annulé le contrat, mais ce que je peux vous dire, c’est qu’il était également clair pour nous que le vaccin en question que la société développait n’obtiendrait pas l’approbation de la MHRA ici au Royaume-Uni.”, a-t-il déclaré. en réponse à une question d’un législateur écossais.

Les actions de Valneva ont plongé de 35% lundi après avoir affirmé que le gouvernement britannique avait conclu un accord de fourniture de vaccins COVID-19 qui aurait pu valoir jusqu’à 1,4 milliard d’euros (1,65 milliard de dollars).

Le candidat vaccin VLA 2001 COVID-19 de Valneva est basé sur le virus inactivé, similaire aux vaccins contre la grippe, et est considéré par certains comme potentiellement convaincant pour les personnes qui se méfient de l’utilisation de la nouvelle technologie d’ARNm.

La société a déclaré lundi que le gouvernement britannique avait prétendu avoir manqué à ses obligations en vertu de l’accord d’approvisionnement. Il a dit qu’il a vigoureusement nié l’allégation.

Le vaccin est fabriqué à Livingston, en Écosse, à l’aide d’un adjuvant fabriqué par la société américaine Dynavax (DVAX.O). L’installation a la capacité de produire environ 200 millions de doses en 2022.

Valneva a déclaré que le gouvernement britannique avait des options qui pourraient porter la commande à 190 millions de doses d’ici 2025.

READ  Accord d'investissement avec la Chine considéré comme un test de cohésion de l'UE | Voix de l'Amérique

Javid a déclaré que les gouvernements britannique et écossais travailleraient ensemble pour voir ce qu’ils pourraient faire pour assurer l’avenir de l’installation.

Reportage de Paul Sandle; Montage par Alistair Smout

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here