Les prévenus « ne veulent plus contester » les prétentions de la star de cinéma française Dany Boon à leur encontre

Plusieurs parties accusées d’avoir escroqué la star de cinéma française bien connue Dany Boon pour des millions d’euros « ne veulent plus contester les réclamations à leur encontre », a déclaré la Haute Cour.

En juillet, les avocats représentant Daniel ou Dany Boon ont obtenu du Tribunal de Grande Instance une ordonnance de gel temporaire empêchant Thierry Fialek-Birles alias Terry Birles alias Thierry Waterford-Mandeville et plusieurs droits sociaux qu’il contrôlerait ou serait le bénéficiaire d’un effet définitif définitif pour réduire son actifs inférieurs à une valeur de 6 millions d’euros.

M. Boon a également obtenu diverses ordonnances de divulgation qui obligent les défendeurs à lui fournir divers documents pour tenter de déterminer où est allé son argent.

Les sociétés défenderesses dans l’action sont South Sea Merchant’s Mariners Ltd Partnership (SSMM), Hibernian Petroleum Limited Partnership, United Irish Estates Limited et Hibernian Yachts Company Limited, toutes des entités enregistrées en Irlande, et United Far East Oriental Holdings, enregistrée aux Samoa (Samoa ) Ltd.

M. Boon affirme être victime « d’une fraude systématique et élaborée à dimension internationale ». Les demandes avaient été rejetées et le tribunal avait précédemment appris que les accusés s’étaient tournés vers les services de cabinets d’avocats basés en Irlande afin de contester pleinement les différentes ordonnances rendues à leur encontre.

Pendant les vacances de mardi devant le juge Brian O’Moore, Rossa Fanning SC pour M. Boon a déclaré qu’il y avait eu « des développements significatifs dans l’affaire depuis sa dernière comparution devant le tribunal ».

L’avocat a déclaré que M. Birles et plusieurs autres accusés, à l’exception de SSMM, n’avaient pas respecté une ordonnance du tribunal de divulguer tous les détails des transactions financières concernant l’argent de son client. Cet échec, a déclaré l’avocat, constituait un outrage au tribunal et les avocats de M. Boon avaient exigé la divulgation complète des éléments pertinents, y compris les transactions bancaires des accusés.

READ  Capo Jumbo-Visma : la série Netflix Tour de France est un "must" pour l'essor du cyclisme

La question a été évoquée avec M. Birles. Le tribunal a appris que M. Birles avait accepté de fournir les informations demandées d’ici la fin septembre. Cependant, M. Birles n’a produit aucun document ni aucune preuve à l’appui de son affirmation selon laquelle il aurait vendu sa participation dans SSMM à la famille Rossi en Italie.

M. Birles a informé son avocat que lui-même, ainsi que les autres partenaires sociaux représentés par cette société, ne souhaitaient plus participer à la procédure engagée par M. Aubaine. En conséquence, le cabinet d’avocats entend demander au tribunal une ordonnance lui permettant de se saisir du dossier et de cesser formellement de représenter ces prévenus.

M. Fanning a déclaré qu’il y avait eu d’autres développements dans l’affaire concernant l’emplacement du SSMM. SSMM est l’entité à laquelle M. Birles prétend avoir payé 6,7 millions d’euros à diverses fins, mais affirme qu’il a été utilisé par M. Birles pour l’escroquer.

« Personne fictive »

Début septembre, un autre cabinet d’avocats avait accepté de représenter la SSMM, qui n’avait jusqu’alors pas été représentée dans le procès. M. Birles, a déclaré l’avocat, avait précédemment indiqué son intention de rejoindre la famille Rossi en tant que tierce partie dans la procédure.

Le tribunal a appris que la société avait reçu des instructions d’une personne qui prétendait être M. Marco Rossi au nom de SSMM. Bien qu’une prétendue image du passeport de M. Rossi ait été fournie, l’entreprise n’a pas été en mesure de déterminer si la personne qui lui avait donné des instructions au nom de SSMM était celle qu’elle prétendait être.

READ  Les fans veulent un crossover entre "Emily in Paris" et "You" sur Netflix

M. Rossi a déclaré qu’il n’était pas en mesure de parler au cabinet d’avocats par appel vidéo car il prétendait « voyager en Asie ».

Enfin, M. Rossi a informé le cabinet qu’après avoir reçu des conseils juridiques en Corée, il ne voulait plus que SSMM participe également au procès. Cela a conduit l’entreprise à retirer sa représentation.

M. Fanning a déclaré qu’il n’avait pas critiqué les avocats en question, mais a déclaré que ce qui s’était passé, et en particulier le refus de passer un appel vidéo depuis la Chine, la Corée, ou partout où cette personne prétendait se trouver, avait renforcé la conviction de son client que l’I Rossi n’existe pas.

L’identité de la personne donnant les instructions au nom de SSMM « n’a pas pu être vérifiée », et l’avocat a déclaré que le Marco Rossi en question est très probablement « une personne fictive ».

Suite à ces développements, l’avocat a déclaré que la situation était passée d’une situation où « tous les accusés étaient représentés à une situation où aucun d’entre eux n’est représenté » et que l’action de M. Boon ne peut être contestée.

L’avocat a déclaré que son client pourrait également devoir déposer des requêtes supplémentaires dans le cadre de la procédure, y compris celles ajoutant d’éventuels nouveaux accusés, et éventuellement une pour outrage au tribunal contre M. Birles. Le juge O’Moore, qui a noté que l’affaire était « colorée », a accepté de mettre à jour l’affaire à une date en octobre et a continué de geler les ordonnances contre les accusés.

Il s’est dit satisfait de le faire à la lumière des différentes demandes formulées par les avocats qui avaient représenté les différents prévenus, et où il a été indiqué par M. Aubaine que M. Rossi était « un imposteur ». La position adoptée par les accusés était « inhabituelle » et « pas optimale », a déclaré le juge.

READ  Comment Netflix tire le tourisme en France

Cependant, le juge a noté que l’attitude des accusés envers la procédure peut changer lorsque l’action revient devant le tribunal.

Dans son action, M. Boon affirme avoir avancé de l’argent l’année dernière à des entités liées à M. Birles, qui se serait présenté comme un « gentleman irlandais de vieille famille » et un avocat expérimenté en droit maritime.

M. Boon déclare que, sur la base des conseils de M. Birles qui, en juillet 2021, a investi 4,5 millions d’euros de son argent via SSMM dans un stratagème avec la Banque centrale d’Irlande, il affirme que M. Birles lui a dit qu’il avait payé une intérêt annuel de 3,25% non imposable.

M. Boon a découvert plus tard qu’un tel système n’existait pas et malgré de nombreuses demandes, les fonds ne lui ont pas été restitués. M. Boon affirme également avoir avancé 2,2 millions d’euros supplémentaires, par l’intermédiaire de SSMM, pour couvrir les frais de fonctionnement du yacht, mais ne sait pas encore quelle part de cette somme a été détournée.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here