Les rendements obligataires de la zone euro chutent, la France digère les résultats des élections régionales

Les rendements des obligations d’État de la zone euro ont chuté lundi, les investisseurs attendant les indications des principales données économiques plus tard dans la semaine. La nouvelle selon laquelle l’extrême droite française n’a remporté aucune région lors des élections de dimanche, selon les sondages à la sortie des urnes, a eu un impact immédiat sur les marchés obligataires français.

Les résultats, tout en privant sa leader Marine Le Pen de l’occasion de montrer que son parti est prêt pour le pouvoir avant les élections présidentielles de l’année prochaine, n’ont montré aucune victoire pour le parti du président français Emmanuel Macron. En début de cotation, le rendement des obligations à 10 ans en France était légèrement inférieur à 0,19%, l’écart avec les rendements du Bund allemand restant autour de 35 points de base.

L’économiste en chef de Berenberg, Holger Schmieding, a déclaré que la perspective que Le Pen remplace le centriste Macron lors de l’élection présidentielle d’avril prochain – un risque clé – s’est assouplie peu après les élections régionales de dimanche. « Bien qu’un vote régional avec un taux de participation record de seulement 34% et sa propre dynamique électorale ne soient pas un guide pour les élections nationales d’avril, le résultat pourrait lever l’obstacle auquel Le Pen serait confronté pour entrer à l’Elysée », a-t-il déclaré.

Dans l’ensemble de la zone euro, la plupart des rendements obligataires à 10 ans étaient légèrement inférieurs alors que les investisseurs attendaient avec impatience les chiffres éclair de l’inflation de la zone euro de cette semaine et le rapport sur les salaires non agricoles des États-Unis. Le rendement du Bund de référence allemand à 10 ans était de -0,20%, légèrement en baisse ce jour-là.

READ  Le G7 est sur le point de lancer une alternative verte à la Ceinture et la Route de la Chine | L'actualité économique et économique

Une semaine chargée pour l’offre obligataire pourrait exercer une pression à la hausse sur les rendements obligataires. Selon ING, plus de 30 milliards d’euros d’approvisionnement planifié depuis la Belgique, l’Italie, l’Espagne et la France sont possibles. Les analystes ont déclaré que le point culminant était une autre question de l’Union européenne pour financer le fonds de récupération en bloc.

Un déluge d’offre pourrait aider à expliquer la forte baisse des marchés obligataires d’Europe du Sud vendredi, ont-ils ajouté.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux syndiqué.)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here