L’interdiction des voyages non essentiels, initialement prévue pour expirer le 1er mars mais prolongée d’un mois lors de la dernière réunion du comité consultatif, pourrait être levée avant le 1er avril, a déclaré le ministre-président wallon Elio Di Rupo.

La semaine dernière au Parlement, le Premier ministre Alexander De Croo a déclaré que la mesure serait examinée la prochaine fois que la commission se réunira le 26 février.

S’exprimant sur RTL-TVi dimanche, Di Rupo, qui fait également partie du comité, a ouvert la possibilité.

“La mesure a été prise pour éviter de voir nos concitoyens partir en vacances au nom des sports d’hiver, avec les conséquences que nous avons subies l’année dernière”, a expliqué Di Rupo. Le prochain comité de consultation examinera la situation, a-t-il déclaré.

«Je n’exclus pas que l’interdiction soit levée. Mais il pourrait rester «fortement recommandé» de ne pas partir à l’étranger ».

La vice-première ministre Petra De Sutter, un autre membre du comité consultatif, a également abordé la question.

La mesure a été étendue au mois de mars, puis elle a été prolongée jusqu’au 1er avril, a-t-il dit.

“Mais l’intention est de revoir tout cela lors du prochain comité consultatif le 26 février”, a-t-il dit, ce qui pourrait conduire à la levée de l’interdiction plus tôt – “Ce n’est peut-être pas le 1er avril, mais plus tôt”.

Interrogé sur la possibilité d’une ouverture plus générale de l’entreprise dans un proche avenir, Di Rupo a suggéré que le 1er mai pourrait être une date appropriée: «Si entre-temps les chiffres ne commencent pas à augmenter», a-t-il nuancé.

READ  EN DIRECT - Coronavirus: 62746 morts, la circulation du virus reste élevée

“J’espère que c’est le 1er mai”, a déclaré De Sutter. “Mais il ne serait pas sage de donner une date précise.”

Alan Hope
Le Brussels Times