Macron et Le Pen ont un nouveau rival

L’homme politique français Xavier Bertrand se bat pour sa réélection à la présidence de la région Hauts-de-France.

Jean Catuffé | Getty Images Actualités | Getty Images

Il y a un nouveau visage dans la politique française qui pourrait poser un sérieux défi au président Emmanuel Macron et à ses ambitions de réélection.

Xavier Bertrand, homme politique du parti de centre-droit Les Républicains, a remporté dimanche le scrutin régional avec environ 52% des voix dans la région nord des Hauts-de-France. Il a battu le candidat d’extrême droite, qui a obtenu environ 26% des voix, selon les sondages de sortie des urnes publiés par l’agence de presse française. Ministère de l’Intérieur.

« Le Front national a été arrêté et nous l’avons fermement rejeté », a déclaré Bertrand lors d’un discours de victoire dimanche en relation avec le parti d’extrême droite, rebaptisé Rassemblement national en 2018.

Lors du scrutin régional de dimanche, caractérisé par un taux d’abstention très élevé, le parti de Bertrand a trouvé un fort soutien dans tout le pays. En revanche, le Rassemblement national de Marine Le Pen et de La République en marche, du président sortant Macron, n’a réussi à s’imposer dans aucune des régions.

Bertrand a également déclaré dimanche que le résultat lui avait donné la force de répondre aux besoins de tous les Français, suggérant ses aspirations à devenir président lors des élections de l’année prochaine.

Les Républicains n’ont pas encore choisi qui dirigera sa campagne présidentielle, mais après le vote de dimanche, Bertrand est bien placé pour remporter l’investiture.

« Il est actuellement le meilleur des candidats potentiels de droite au premier tour des élections présidentielles », a déclaré par e-mail Eric Mengus, professeur agrégé à HEC Paris Business School.

READ  La Russie dit à ses voisins afghans de dire non à la présence des États-Unis et de l'OTAN

« Pourtant, le rendez-vous (au sein des Républicains) est toujours ouvert et n’aura lieu qu’à l’automne », a ajouté Mengus.

Bertrand a vu la sienne niveaux de popularité augmentation ces dernières semaines, actuellement 16% des sondages parmi les meilleurs candidats à l’élection présidentielle de l’année prochaine. Le Pen est premier dans le même sondage avec 26% des voix, suivi de Macron avec 25%, selon un sondage des sondages.

« Cette élection régionale est définitivement une mauvaise nouvelle pour Mme Le Pen et le président Macron et pourrait créer une dynamique positive pour les candidats de droite », a également déclaré Mengus.

Bertrand a été ministre du Travail puis ministre de la Santé sous la présidence de Nicolas Sarkozy, entre 2007 et 2012. Il a commencé sa carrière dans l’assurance et prouve, par ses racines provinciales, qu’il n’est pas une élite de la société.

S’exprimant dimanche, Bertrand a déclaré que sa priorité était d’aider la classe moyenne.

Bertrand, s’il est sélectionné par son parti, a jusqu’en avril 2022 pour obtenir suffisamment de soutiens pour se battre au second tour de l’élection présidentielle.

« La piètre performance de Le Pen est douce-amère pour Macron. Elle enlève l’élan à l’élection présidentielle de l’année prochaine et ravivera les critiques à son égard au sein de son propre mouvement. Mais Macron sait aussi qu’il battrait Le Pen plus facilement l’année prochaine. Avril d’un candidat d’une renaissance traditionnelle ou de centre-droit [party], comme Xavier Bertrand », a déclaré Mujtaba Rahman, PDG du cabinet de conseil Eurasia Group, dans un communiqué dimanche soir.

Les sondages actuels prédisent que Macron aurait remporté un second tour contre Le Pen, comme en 2017, lors de sa première élection.

READ  Kakhol lavan et New Hope annoncent le syndicat, se présenteront comme une liste commune lors du vote de novembre

Certains experts politiques pensent que le deuxième tour de l’année prochaine sera une autre bataille entre Le Pen et Macron.

« Aussi pour l’élection présidentielle, je pense que ces deux candidats, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, sont en fait les favoris », a déclaré Emmanuelle Auriol, professeur d’économie à l’université de Toulouse, à « Squawk Box Europe » de CNBC.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here