Mandat d’arrêt contre Trump pour la mort du lieutenant de Soleimani

Un tribunal irakien a émis un mandat d’arrêt national contre le président américain sortant Donald Trump le jeudi 7 janvier, dans le cadre d’une enquête sur l’élimination d’Abou Mehdi al-Mouhandis, un puissant commandant pro-iranien en Irak, tué l’année dernière en Irak. côté du général iranien Qassem Soleimani.

Dès juin, l’Iran a émis un mandat d’arrêt et a appelé à un “avis rougeInterpol contre Trump pour la mort du général Soleimani, une procédure qui n’a pas abouti jusqu’à présent. Le drone qui a pulvérisé les véhicules des deux hommes le 3 janvier 2020 à l’aéroport de Bagdad a décollé sur ordre de Trump, qui s’est réjoui quelques jours après son retrait. “deux (hommes) pour le prix d’un“. Soleimani, accusé”Il a dit, comme, ‘nous attaquerons votre pays, tuerons votre peuple’“. “J’ai dit: «Combien de temps avons-nous pour écouter cette merde?“, Le président américain sortant avait continué à justifier ces assassins qualifiés de”illégal“EST”arbitraire»Par Agnès Callamard, Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires.

VOIR AUSSI – Trump dit que “Soleimani prévoyait de nouvelles attaques”

Le Tribunal d’enquête Roussafa, secteur est de Bagdad, “a décidé de délivrer un mandat d’arrêt contre le président américain sortant Donald Trump en vertu de l’article 406 du code pénal irakien», Détaille un communiqué de presse de l’autorité judiciaire. Cet article prévoit la peine de mort pour tout meurtre prémédité. Le tribunal prétend avoir conclu l’enquête préliminaire mais “les enquêtes continuent d’exposer les autres auteurs de ce crime, qu’ils soient irakiens ou étrangers“.

READ  Marchand tire 1: 58,97 200 IM en tant que deuxième homme le plus rapide de France

Depuis un an maintenant, les pro-iraniens en Irak n’ont cessé d’accuser le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi, alors seul chef des renseignements, de complicité dans ces meurtres. Avec les commémorations du premier anniversaire de la mort des deux hommes, le climat politique déjà tendu avec l’approche législative promise en juin est devenu délétère. Promesse médiatique pro-iranienne “noms sous peuComme de nombreux politiciens de haut rang, ils ont passé le dollar sur les allégations dans les récentes interviews télévisées.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here