Moscou tente de rompre les accords de Minsk alors que le conflit entre la Russie et l’Ukraine persiste

NEUFVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

Le département d’État a mis en garde mercredi contre toute décision du Kremlin de mettre fin à son engagement envers les accords de Minsk alors qu’il cherche à reconnaître deux régions séparatistes soutenues par la Russie dans l’est de l’Ukraine comme « indépendantes ».

le russe Douma d’État – la chambre basse du parlement russe – voté Mardi, pour envoyer au président Vladimir Poutine un appel à reconnaître les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk.

Le président russe Vladimir Poutine assiste à une réunion avec le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou au Kremlin, à Moscou, le 14 février 2022.
(ALEXEI NIKOLSKY / Spoutnik / AFP via Getty Images)

LE CHEF DE L’OTAN CONTRE LES DEMANDES DE RETRAIT DE LA RUSSIE, N’OFFRE AUCUNE PREUVE DE RETRAIT

Situées dans la région du Donbass, sur le front le plus à l’est de l’Ukraine, les républiques séparatistes sont engagées dans un conflit armé avec l’armée ukrainienne depuis 2014.

séparatistes soutenus par la Russie e Ukraine signé un accord de cessez-le-feu en 2014.

Un autre accord signé en 2015 à Minsk par la Russie, l’Ukraine, les dirigeants des groupes séparatistes et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a renforcé le cessez-le-feu et appelé à une série de mesures pour mettre fin au conflit.

L’Ukraine a longtemps soutenu que la Russie n’avait pas respecté sa part du pacte en retirant toutes ses troupes de la région, bien que Moscou nie qu’il y ait des forces pour se retirer, selon rapports par Reuters.

READ  Crème glacée de Chine contaminée par le coronavirus: rapport

Le département d’État a déclaré que la Russie avait envahi l’Ukraine en 2014 et continuait de contrôler l’armée dans le Donbass.

« Soyons clairs : l’approbation par le Kremlin de cet appel équivaudrait au rejet total par le gouvernement russe de ses engagements dans le cadre des accords de Minsk », a déclaré mercredi le département d’État. « La promulgation de cette résolution porterait davantage atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine, constituerait une grave violation du droit international, remettrait davantage en cause l’engagement déclaré de la Russie de continuer à s’engager dans la diplomatie pour parvenir à un règlement pacifique de cette crise ».

La décision du gouvernement russe intervient alors que les tensions en Europe de l’Est persistent après des mois de mouvement militaire et l’accumulation d’environ 150 000 soldats russes près de la frontière ukrainienne.

La Russie a également déployé 30 000 soldats dans l’allié voisin, la Biélorussie.

RUSSIE-UKRAINE: LE CHEF DE L’OTAN DIT « NOUS N’AVONS VU AUCUNE RETRAITE DES FORCES RUSSES »: MISES À JOUR EN DIRECT

Malgré sa formation militaire agressive, le Kremlin a déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’envahir l’Ukraine et a déclaré mardi qu’il réduirait partiellement ses forces militaires.

Sur cette photo extraite de la vidéo fournie par le service de presse du ministère russe de la Défense le mercredi 16 février 2022, les chars de l'armée russe sont chargés sur les quais ferroviaires pour regagner leur base permanente après les exercices en Russie.

Sur cette photo extraite de la vidéo fournie par le service de presse du ministère russe de la Défense le mercredi 16 février 2022, les chars de l’armée russe sont chargés sur les quais ferroviaires pour regagner leur base permanente après les exercices en Russie.

Les responsables de l’OTAN et des États-Unis ont déclaré qu’ils étaient prudemment optimistes quant à la nouvelle, mais le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi que l’alliance n’avait vu aucune preuve que la Russie avait pris des mesures pour retirer ses troupes.

READ  Des hommes armés tuent un étudiant et en kidnappent des dizaines d'autres lors d'un raid scolaire au Nigeria

Les responsables ukrainiens ont lancé la semaine dernière mécanisme de réduction des risques en vertu du document de Vienne et a appelé Poutine à fournir des informations détaillées sur ses activités militaires le long des frontières de l’Ukraine.

La Russie n’a pas encore répondu aux demandes de l’Ukraine et n’a pas non plus renvoyé les réponses écrites de l’OTAN émises en réponse aux préoccupations russes en matière de sécurité.

« Nous continuons à demander de la transparence à la Russie qui a refusé d’assister à la réunion d’hier dans le cadre du Document de Vienne », a déclaré mercredi le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

« Nous appelons une fois de plus la Russie à répondre aux préoccupations légitimes des États participants et à utiliser les outils de l’OSCE pour désamorcer les tensions causées par ses activités militaires près de la frontière ukrainienne. Les déclarations sur le retrait ne suffisent pas. »

Les forces de l’OTAN ont été déployées dans les pays entourant l’Ukraine, notamment la Roumanie et la Pologne. Les responsables ont déclaré à plusieurs reprises que les troupes ne seraient pas déployées en Ukraine car ce pays n’est pas membre de l’OTAN.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here