Donald Trump aurait aimé faire peur jusqu’au bout. Pressé de ratifier un plan d’aide de 900 milliards de dollars (737 milliards d’euros) auquel démocrates et républicains avaient finalement accepté après des mois de négociations, le président américain avait menacé pendant quelques jours de s’opposer à son veto. En cause, le montant insuffisant du chèque prévu pour chaque Américain: 600 dollars – Donald Trump en a exigé trois fois plus.

Dimanche 27 décembre, sur son parcours de golf de Mar-a-Lago, en Floride, le milliardaire ne semblait pas pressé de mettre fin au suspense, alors que l’économie américaine est au pire, durement touchée depuis le début de la pandémie. Le revirement est venu, comme toujours, du compte Twitter du président, qui était prometteur dans la soirée ” Bonnes nouvelles “.

Les services publics resteront ouverts

Acculé face à la pression des parlementaires de tous types politiques, Donald Trump a finalement ratifié le plan du Congrès, qui accorde une aide aux familles et aux petites entreprises touchées par la pandémie Covid-19.

<< Je ratifie cette législation pour rétablir les allocations de chômage, mettre un terme aux expulsions (contre rémunération), fournir une assistance aux donateurs, ajouter des fonds supplémentaires au programme de prêts aux entreprises, permettre aux employés des compagnies aériennes de reprendre le travail et fournir un financement supplémentaire distribution de vaccins "M. Trump a déclaré dans un communiqué.

Article réservé à nos membres Lire aussi Aux États-Unis, dernière chance pour le plan de soutien à l’économie

Première conséquence: les allocations de chômage, suspendues depuis samedi minuit pour 12 millions d’Américains inquiets, peuvent être versées. Le nouveau plan de relance prolonge l’aide fédérale versée aux chômeurs jusqu’à la mi-mars.

Il accorde également des prêts garantis aux entreprises, fournit des milliards de dollars d’aide aux PME, aux entreprises de restauration, aux hôtels, aux compagnies de transport aérien et prolonge le moratoire interdisant les expulsions de personnes incapables de payer un loyer, suspend les saisies et fournit des fonds pour la distribution. vaccins anti-Covid-19.

Le locataire de la Maison Blanche a également signé la loi fédérale sur le financement de l’État, qui empêchera la fermeture des services publics.

Notre sélection d’articles sur l’élection présidentielle aux États-Unis

Retrouvez les chroniques de campagne de nos correspondants à Washington ici.

Sur l’élection:

Et aussi :

Le monde avec l’AFP

READ  Qui est Jake Angeli, l'homme aux cornes viking, photographié au Capitole?