Thales envisage de déménager pour la branche de cybersécurité d’Atos BDS -sources

Le logo du groupe français de défense et d’électronique Thales est visible au siège de l’entreprise à Neuilly, près de Paris, le 20 mai 2008. REUTERS/Charles Platiau

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

LONDRES, 2 février (Reuters) – Le français Thales travaille sur un projet de rachat de l’activité cybersécurité du groupe de conseil en informatique Atos, qui pourrait valoir environ 3 milliards de dollars, malgré les attentes de l’opposition du gouvernement français à toute rupture, ont déclaré des sources à Reuters .

Thales et son conseiller Centerview Partners ont approché plusieurs sociétés de capital-investissement, dont Bain Capital, pour explorer une éventuelle offre conjointe sur Atos (ATOS.PA) dans le cadre d’un accord qui le verrait rompu, ont indiqué les sources.

Le groupe de défense français Thales achèterait l’entreprise de big data et de cybersécurité, connue sous le nom de BDS, ont-ils déclaré à Reuters sous couvert d’anonymat.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Les actions d’Atos ont augmenté de 8,74% à 14h31 GMT après que Reuters a annoncé pour la première fois le plan, tandis que les actions de Thales ont baissé de 4%.

Atos a vu ses actions chuter à leur plus bas niveau depuis la mi-2012 après que la société a émis deux avertissements sur résultats en sept mois, devenant une cible attrayante pour les investisseurs en capital-investissement. Lire la suite

Pourtant, toute vente serait confrontée à des vents contraires majeurs en France où le gouvernement d’Emmanuel Macron craint de voir des «champions nationaux» sensibles comme Atos vendus à des investisseurs étrangers à l’approche des élections présidentielles d’avril.

READ  Sepp Kuss contourne les Jeux Olympiques pour se concentrer sur le Tour de France

« Le gouvernement français s’opposera fermement à tout éclatement d’Atos dès maintenant », a déclaré l’une des sources.

Les conseillers de Thales ont également entamé des discussions avec CVC Capital Partners et PAI Partners sur une éventuelle offre conjointe sur Atos, mais le calendrier d’une telle décision reste incertain, a déclaré un autre.

Thales, Atos, Centerview, Bain et PAI ont refusé de commenter alors que CVC n’était pas immédiatement disponible.

Le ministère français des Finances n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Atos, d’une valeur marchande de 3,5 milliards d’euros (3,95 milliards de dollars), a donné à l’ancien Premier ministre français Edouard Philippe un siège à son conseil d’administration en 2020 et a eu le commissaire européen Thierry Breton comme PDG pendant plus d’une décennie, ce qui en fait un cible politiquement sensible, selon les sources.

Atos, conseillé par Rothschild, a repoussé les ouvertures précédentes de Thales pour BDS et considérerait toute initiative des fonds de capital-investissement visant à lancer une offre publique et à retirer Atos de la bourse de Paris comme hostile et indésirable, a déclaré l’une des sources.

BDS est évalué entre 2 et 3 milliards d’euros (3,4 milliards de dollars) et représente environ la moitié du chiffre d’affaires global d’Atos, a ajouté la source.

Thales et Atos se sont récemment associés dans une coentreprise connue sous le nom d’Athea pour développer une plateforme souveraine de mégadonnées et d’intelligence artificielle pour les secteurs public et privé, axée sur la défense, le renseignement et la sécurité intérieure de l’État.

Pour Thales, le renforcement des opérations de cybersécurité est sur les cartes depuis qu’il a acheté la société néerlandaise de protection des données Gemalto pour 4,8 milliards d’euros en 2019, s’engageant à créer une puissance mondiale dans la sécurité numérique.

READ  La communauté italienne espère sauver un arbre centenaire dévasté par un incendie

Bain, qui a racheté en janvier la société française de services informatiques Inetum dans le cadre d’un accord d’une valeur d’environ 2,27 milliards de dollars, utiliserait tout rachat conjoint d’Atos pour élargir son portefeuille d’actifs technologiques en Europe, où il contrôle également la société informatique italienne Engineering Group. Lire la suite

(1 $ = 0,8835 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Pamela Barbaglia; Reportage complémentaire de Mathieu Rosemain, Tim Hepher, Julien Ponthus et Michel Rose ; Montage par Alexander Smith

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here