Village de Guryong, Corée du Sud : 500 personnes évacuées alors qu’un énorme incendie se déclare dans l’un des derniers bidonvilles de Séoul


Séoul
CN

Environ 500 personnes ont été évacuées de leurs maisons vendredi après qu’un incendie s’est déclaré dans le village de Guryong, l’un des derniers bidonvilles de Séoul, la capitale de la Corée du Sud, selon les pompiers.

L’incendie s’est déclaré vers 6 h 28 dans le quatrième arrondissement du village, a déclaré Shin Yong-ho, un responsable de la caserne des pompiers de Gangnam, lors d’un point de presse télévisé. Les premiers intervenants sont arrivés environ cinq minutes plus tard, a-t-il dit.

Il s’est éteint vers 11h50 heure locale et a endommagé une superficie de 2 700 mètres carrés.

Aucun mort ou blessé n’a été signalé jusqu’à présent.

Environ 60 maisons auraient été incendiées, a déclaré Shin, ajoutant que la plupart des structures sont constituées de panneaux de contreplaqué de vinyle.

Une vidéo sur les réseaux sociaux montre le feu engloutissant ce qui semble être des rangées de maisons, avec d’énormes panaches de fumée noire épaisse suspendus au-dessus du bidonville alors que les sirènes hurlent à proximité.

Plus de 800 agents d’intervention, dont des pompiers, des policiers et des employés du gouvernement, ont été mobilisés, tandis que 10 hélicoptères ont été déployés pour aider à l’intervention, a déclaré Shin.

Le président sud-coréen Yoon Suk Yeol, qui se trouve en Suisse pour assister au Forum économique mondial, a été informé de l’incendie et a ordonné aux autorités de mobiliser « tout le personnel et l’équipement disponibles », selon le bureau présidentiel.

Yoon a également appelé les gouvernements locaux à évacuer les résidents et à assurer la sécurité des intervenants, a indiqué son bureau.

READ  Les manifestations climatiques dans les musées suscitent un débat sur les tactiques d'activisme

Les autorités avertissent depuis longtemps que les habitants de Guryong sont particulièrement exposés aux catastrophes, le gouvernement de Gangnam déclarant sur son site Internet que le bidonville était « vulnérable aux incendies » en 2019.

Il a également été durement touché par les inondations d’août dernier lorsque les précipitations ont atteint un niveau record tué au moins 13 personnes à Séoul – y compris certains habitants piégés dans les sordides maisons en sous-sol « banjiha » représentées dans le film « Parasite ».

Immeubles résidentiels de grande hauteur dans la tour Gangnam au-dessus du village de Guryong à Séoul, Corée du Sud, le 24 novembre 2020.

Le bidonville de Guryong a longtemps été considéré comme un symbole du fossé entre les riches et les pauvres en Corée du Sud, quatrième économie d’Asie. Il fait partie du quartier riche et scintillant de Gangnam, rendu célèbre par la chanson « Gangnam Style » de Psy en 2012 et parfois appelé le Beverly Hills de Séoul.

Les gratte-ciel de Gangnam sont situés à moins d’un kilomètre des baraques de Guryong, où de nombreux habitants vivent dans des logements de fortune exigus construits avec des matériaux tels que le bois et la tôle ondulée.

Bien que les plans de réaménagement de la zone remontent à au moins une décennie, plusieurs propositions ont échoué en raison de désaccords entre les organes gouvernementaux locaux et des négociations de compensation foncière.

Ces efforts se poursuivent, avec 406 familles – plus d’un tiers de la population des bidonvilles – relogées en 2019, selon le Site Web du gouvernement de Gangnam. Plus de 1 000 habitants y vivent encore, ont confirmé vendredi les responsables de Gangnam.

Le district a partagé plus de plans de réaménagement en mai dernier, avec un fonctionnaire local affirmant que le terrain serait transformé en « un lotissement de luxe respectueux de l’environnement ».

READ  Leader de l'UE: la Russie pourrait être coupée des marchés, des biens technologiques

Les autorités s’efforcent d’aider à reloger quelque 1 500 familles vivant dans des cabanes dans trois grands bidonvilles, dont Guryong, vers des logements sociaux, a déclaré le gouvernement de Séoul dans un communiqué de presse en novembre dernier.

Il a ajouté que la ville vise à « éliminer les résidences anormales telles que les cabanes et les maisons en vinyle ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here