Après le Brexit, la TVA sur les timbres a été abolie au Royaume-Uni

Depuis sa sortie de l’Union européenne, le Royaume-Uni n’est plus obligé d’imposer une taxe de 5% sur les produits d’hygiène.

Vendredi au Royaume-Uni, la suppression de la TVA sur les tampons et les serviettes hygiéniques entre en vigueur, le gouvernement souligne que la mesure est rendue possible par la sortie du pays de l’Union européenne.

Avec la fin de la période de transition post-Brexit le 31 janvier, le Royaume-Uni n’est plus tenu par le droit de l’UE d’imposer une taxe minimale de 5% sur les produits d’hygiène.

La TVA n’est plus appliquée

“Je suis fier qu’aujourd’hui nous tenions notre promesse de supprimer la taxe sur les tampons. Les produits hygiéniques sont essentiels, il est donc normal de ne pas facturer de TVA”, a déclaré le ministre des Finances Rishi Sunak dans un communiqué. , qui a annoncé la mesure dans son budget en mars.

Lors des débats de mercredi au parlement sur l’accord commercial post-Brexit, le député conservateur Bernard Jenkin a souligné que le gouvernement “peut faire des choses comme abolir le droit de timbre, pour lequel tant de législateurs de l’opposition ont critiqué le gouvernement, seulement parce que nous quittons l’UE “.

Felicia Willow, directrice générale de la Fawcett Society, une société de défense des droits des femmes, a salué le changement.

“C’était un long chemin pour y arriver”

“Le chemin a été long pour y arriver, mais la taxe sexiste qui a vu les produits d’hygiène classés comme de luxe, non essentiels, pourrait finalement être reléguée dans les livres d’histoire”, a-t-il déclaré.

Le ministère des Finances avait estimé que la suppression de la TVA permettrait à une femme d’économiser environ 40 livres (45 euros) au cours de sa vie.

READ  John Magufuli: Le dirigeant tanzanien qui nie Covid est-il mort d'un coronavirus? C'est l'une des nombreuses questions qu'il laisse derrière lui

Des protections périodiques ont déjà été déployées dans les écoles publiques et les universités en Angleterre depuis un an et aux patients qui en ont besoin dans les hôpitaux publics. L’Écosse est allée plus loin en novembre dernier, avec des parlementaires adoptant une législation autorisant le libre accès à la protection de la santé, une première mondiale à cette échelle.

Jeanne Bulant avec l’AFP Journaliste BFMTV

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here