huit personnes en détention, dont deux présumés organisateurs

Huit personnes ont été placées en garde à vue, à l’issue de la rave party qui s’est déroulée du jeudi 31 décembre 2020 au samedi 2 janvier 2021 à Lieuron (Ille-et-Vilaine), a indiqué le parquet de Rennes dans un communiqué samedi après-midi. Parmi eux, deux jeunes de 22 ans arrêtés dans une ville d’Ille-et-Vilaine après une vaste opération de gendarmerie. Ils sont soupçonnés de faire partie des organisateurs et n’ont pas de casier judiciaire.

Une perquisition a conduit à la saisie d’une somme d’argent « apparaître », selon l’acte d’accusation, « résultat du partage de la caisse enregistreuse pour cet événement » qui s’est avéré payant, en plus des stupéfiants, équipement audio lourd et significatif (16 haut-parleurs muraux sonores, cinq platines, une table de mixage, un rétroprojecteur, deux générateurs et une barre d’éclairage).

Trois participants sont également en garde à vue pour infractions à la loi sur les drogues, deux personnes sont en garde à vue parce qu’elles étaient en possession de matériel de transmission du son (un mixeur et un générateur) et une personne est en garde à vue. vu pour dissimulation du vol.

Une enquête a été ouverte pour << organisation illégale d'un rassemblement musical des fêtes >>, << danger pour la vie d'autrui >>, << violences volontaires contre des personnes détenant des pouvoirs publics >>, << dommages aux biens d'autrui lors d'une réunion >> ou << travaux cachés >> , « possession illégale d’un établissement de boissons » et « violations de la loi sur les drogues et en particulier la facilitation de la consommation ».

«L’action de l’Etat a permis de mettre fin sans violence à une partie illicite qui a fortement perturbé l’ordre public et de mener une enquête judiciaire capable d’éviter toute impunité. La véritable autorité de l’Etat réside dans cet équilibre exigeant.», a expliqué Philippe Astruc le procureur de la République de Rennes.

READ  Pourquoi les nouvelles cartes d'identité françaises sont-elles traduites en anglais ?

En outre, les gendarmes ont établi 1 225 «crimes covid» (masques, rassemblement et couvre-feu) et 420 crimes divers dont 225 liés à la drogue, précisent dans un tweet Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here