Les théâtres français occupés à soutenir les travailleurs indépendants

Le strip-tease politiquement chargé de l’acteur français Corinne Masiero aux Cesar Awards le mois dernier n’était qu’une des nombreuses manifestations organisées à travers la France pour soutenir les travailleurs indépendants de l’industrie du cinéma, de la télévision et des événements en direct qui sont toujours paralysés par la pandémie.

L’organisation syndicale CGT Spectacle est le fer de lance d’une occupation nationale des théâtres depuis le 4 mars, et la dynamique ne s’est pas ralentie au cours du mois dernier, avec près de 100 salles toujours occupées à travers la France au 19 avril.

Tout a commencé au théâtre Odeon, qui le samedi est inondé d’artistes indépendants, de membres d’équipage, de restaurateurs, de danseurs, de costumiers et de musiciens, entre autres, tous sans travail depuis des mois et craignant pour leur gagne-pain, même si la plupart sont encore protégés. par les allocations de chômage.

Semaine après semaine, le mouvement est adopté par des travailleurs en dehors du secteur culturel, même Gilet Jaunes (les manifestants populistes en gilets jaunes), qui appellent au retrait de la prochaine réforme de l’assurance chômage, qui devrait entrer en vigueur en juillet. Samedi, l’Odéon était rempli de jazz et des gens de tous horizons se sont réunis pour interpréter une chorégraphie de danse.

En France, les indépendants de l’industrie du divertissement ont traditionnellement accès aux allocations de chômage une fois qu’ils ont accompli 507 heures de travail par an, soit l’équivalent d’environ trois mois par an. En raison de la pandémie, le gouvernement a donné aux travailleurs du secteur un accès obligatoire aux subventions pour 2020 et 2021 par le biais d’un régime exceptionnel appelé «année blanche», qui devrait se terminer en juillet.

Mais la question est maintenant de savoir comment les pigistes pourront bénéficier d’un soutien en 2022.

Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT Spectacle, affirme que le programme devrait être prolongé d’une année supplémentaire car les travailleurs n’auront pas accompli suffisamment d’heures en 2021 pour accéder aux allocations de chômage régulières l’année suivante.

De nombreux spectacles ont déjà été annulés cet été, dont l’immense festival annuel de musique caritative Solidays, initialement prévu du 18 au 20 juin, ainsi que les Eurockéennes, l’un des plus grands festivals de musique rock de France dont il était programmé en juillet. 1-4. D’autres événements seront ou ont déjà été annulés en raison des restrictions sanitaires actuelles, bien que le président français Emmanuel Macron ait récemment déclaré dans un discours télévisé que certains lieux culturels rouvriraient à la mi-mai.

READ  John Mayer écrit une chanson hommage à Bob Saget

«Nous voyons tellement de gens de différents secteurs [at the occupations] car les annulations dues à la pandémie nous touchent tous et, après trois blocs, nous ne savons pas quand nos affaires reviendront à la normale », explique Mathieu Crochemore, un musicien qui n’a pas pu obtenir de concerts depuis un an et n’a rien de prévu pour l’été.

«Le secteur de la culture est le deuxième secteur le plus touché après le secteur de l’aviation et nous n’avons pas été suffisamment aidés», déclare Crochemore.

Nelly Paubel, danseuse et chorégraphe pour des spectacles en direct en plein air, dit qu’elle a obtenu très peu d’emplois rémunérés pendant un an et craint que les spectacles ne soient pas programmés dans les trois mois précédant juillet. « Cela signifie qu’au moins 80% des émissions qui auraient dû être hébergées en 2021 ne verront pas le jour, et cela signifie aussi que je n’aurai pas travaillé suffisamment d’heures en 2021 pour maintenir mon statut et recevoir des subventions après juillet, « dit-il. Paubel.

Pour les jeunes qui viennent d’obtenir leur diplôme et qui n’ont pas accompli suffisamment d’heures pour demander des prestations, la situation est tout aussi difficile. Eileen Montfort, une jeune comédienne qui occupe le théâtre Odeon, dit que de nombreux autres acteurs sont complètement exclus de tout programme de subventions parce qu’ils ont obtenu leur diplôme avant le début de la pandémie et n’ont reçu aucun emploi rémunéré.

«Nous sommes dans une situation précaire et finissons souvent par travailler gratuitement ou presque parce que nous n’avons rien d’autre à faire», dit Montfort, qui dit que certains de ses amis n’ont pas les moyens de payer le loyer.

READ  Regardez le court métrage de 1962 de Chris Marker, La Jetée

Gravouil, qui est également directeur de la photographie, affirme que les travailleurs indépendants de l’industrie cinématographique ont jusqu’à présent été moins touchés que ceux de l’industrie du théâtre et des événements en direct, car le cinéma, la production télévisuelle et le tournage ne se sont pas arrêtés, sauf pendant les deux premiers mois du bloc. . .

«La baisse de l’emploi n’a pas été aussi brutale dans l’industrie du cinéma et de la télévision, mais elle interviendra plus tard car les centaines de films qui ne pouvaient pas sortir en salles inquiètent beaucoup de monde et ont commencé à provoquer un [slow] et les retards de production », prévient Gravouil.

Ceux qui risquent le plus d’être au chômage, dit-il, sont ceux qui travaillent sur des productions plus petites dont les plans ont été poussés.

«Dans le secteur du théâtre, le [shock] a été immédiate, avec près de la moitié des freelances travaillant dans le live au chômage en 2020 », précise Gravouil, qui note que les freelances travaillant dans les théâtres privés (ceux non soutenus par le gouvernement français) sont les plus touchés car ces lieux ont reçu très peu de subventions et n’ont pas les ressources pour continuer les répétitions des spectacles pour préparer la réouverture des théâtres.

Bien que le gouvernement français ait annoncé en mars que 97 millions d’euros supplémentaires (117 millions de dollars) seraient injectés dans le secteur de la culture, Gravouil dit que cela ne suffit pas. Le syndicat demande au gouvernement une injection de 500 millions d’euros (595 millions de dollars) pour relancer le secteur; fournir un filet de sécurité aux pigistes dont les contrats ont été annulés en raison de la pandémie; financer les laboratoires et les tests; et l’organisation de spectacles vivants et de pièces de théâtre en plein air dans toute la France une fois que les lieux culturels pourront rouvrir.

READ  La France augmente les vaccinations contre le COVID-19 ce week-end après un démarrage lent

Bien que Macron ait récemment fait allusion à la réouverture à la mi-mai de certains lieux culturels, Gravouil dit que l’industrie a désespérément besoin de plus de détails pour commencer à se préparer. Il n’est pas possible pour de nombreuses salles d’ouvrir avec une limitation de 35% de places assises, comme le suggèrent les médias français, explique Gravouil.

«De nombreux propriétaires de théâtres privés nous disent qu’ils ne pensent même pas pouvoir assister au Festival d’Avignon [one of the world’s biggest drama theater festivals] en juillet parce que leurs coûts fixes [travel, accommodation, etc.] seront les mêmes que d’habitude, alors que leurs revenus représenteront un tiers de ce qu’ils sont normalement dus aux restrictions », explique Gravouil, qui note que le mouvement s’étend désormais à d’autres pays comme l’Italie et la Belgique, où il se trouve actuellement certains théâtres.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here