L’Iran révise la loi sur le port obligatoire du foulard au milieu des protestations en cours | L’Iran

Les autorités iraniennes ont déclaré qu’elles réviseraient une loi vieille de plusieurs décennies obligeant les femmes à se couvrir la tête alors que le pays s’efforce de réprimer plus de deux mois de manifestations liées au code vestimentaire.

« Le Parlement et le pouvoir judiciaire travaillent [on the issue]Le procureur général iranien Mohammad Jafar Montazeri a déclaré samedi si la loi devait être modifiée.

Cité par une agence de presse iranienne, il n’a pas précisé ce qui pourrait être modifié dans la loi par les deux organes, qui sont tous deux largement entre des mains conservatrices.

L’équipe d’examen a rencontré mercredi la commission culturelle du Parlement « et verra les résultats dans une semaine ou deux », a déclaré le procureur général.

Président Ebrahim Raïsi samedi, il a déclaré que les fondements républicains et islamiques de l’Iran sont constitutionnellement enchâssés.

« Mais il existe des méthodes de mise en œuvre de la constitution qui peuvent être flexibles », a-t-il déclaré dans un commentaire télévisé.

Les manifestations ont commencé le 16 septembre après la mort en garde à vue de Mahsa Amini, une Iranienne d’origine kurde de 22 ans qui a été arrêtée par la police des mœurs pour avoir prétendument enfreint la charia.

Au cours des semaines suivantes, les manifestants ont brûlé leurs chapeaux et crié des slogans antigouvernementaux. Depuis la mort d’Amini, un nombre croissant de femmes ne portent plus le foulard, en particulier dans le nord branché de Téhéran.

Le hijab est devenu obligatoire pour toutes les femmes en Iran en avril 1983, quatre ans après la révolution islamique qui a renversé la monarchie soutenue par les États-Unis.

Cela reste une question très sensible dans un pays où les conservateurs insistent sur le fait qu’il devrait être obligatoire, tandis que les réformistes veulent le laisser au choix individuel.

En juillet de cette année, Raisi, un ultra-conservateur, a appelé à la mobilisation de « toutes les institutions de l’Etat pour faire appliquer la loi sur le voile ».

En septembre, le principal parti réformiste iranien a appelé à l’abrogation de la loi sur le port obligatoire du hijab.

Le parti Union du peuple islamique d’Iran, formé par des proches de l’ancien président réformateur Mohammad Khatami, a demandé samedi aux autorités de « préparer les éléments juridiques qui ouvrent la voie à l’annulation de la loi obligatoire sur le hijab ».

Le groupe d’opposition a également demandé à la République islamique « d’annoncer officiellement la fin des activités de la police morale » et d' »autoriser des manifestations pacifiques », selon un communiqué.

L’Iran accuse son ennemi juré, les États-Unis et ses alliés, dont la Grande-Bretagne, Israël et des groupes kurdes basés à l’extérieur du pays, de fomenter des manifestations de rue que le gouvernement qualifie d' »émeutes ».

L’organisation non gouvernementale Iran Human Rights, basée à Oslo, a déclaré mardi qu’au moins 448 personnes avaient été « tuées par les forces de sécurité lors des manifestations en cours dans tout le pays ».

Le chef des droits de l’ONU, Volker Turk, a déclaré la semaine dernière que 14 000 personnes, dont des enfants, avaient été arrêtées dans le cadre de la répression des manifestations.

La campagne d’arrestations a pris au piège des sportifs, des célébrités et des journalistes.

Parmi les dernières personnes arrêtées figure la star de cinéma Mitra Hajjar, détenue samedi à son domicile, selon le quotidien réformateur Shargh.

READ  Diplomates à Biden: ne confiez pas les postes européens privilégiés aux donateurs et alliés

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here