L’OMS met en garde contre la “forte probabilité” de nouvelles variantes, peut-être plus dangereuses

À mesure que les cas augmentent dans le monde, davantage de variantes sont susceptibles d’émerger.

L’Organisation mondiale de la santé a averti jeudi que l’augmentation Pandémie de covid-19 dans de nombreuses régions du monde, la probabilité que de nouvelles variantes potentiellement dangereuses émergent à l’avenir.

“La pandémie n’est en aucun cas terminée”, a déclaré le professeur Didier Houssin, président du comité d’urgence COVID-19 de l’OMS.

La vague mondiale de nouveaux cas a mis en évidence les défis actuels posés par la pandémie. En Afrique, les cas ont dépassé les leurs pic de la deuxième vague pendant les sept jours se terminant le 4 juillet et juillet le nombre de morts cette semaine, il a augmenté de 40 %, selon l’OMS.

Au début de la pandémie, il n’y avait qu’une seule variante du virus SARS-CoV-2. Au fur et à mesure que le virus se répandait dans le monde, il a muté, faisant germer des milliers de nouvelles versions de lui-même, dont certaines étaient plus contagieuses que l’original.

Actuellement, il existe quatre variantes préoccupantes, étiquetées par l’OMS en utilisant l’alphabet grec. Le plus récent, le variant delta, détecté pour la première fois en Inde, a été identifié dans plus de 111 pays et est aujourd’hui responsable de près de 60% de tous les cas aux Etats-Unis

“Nous nous attendons à ce que ce soit la souche dominante circulant dans le monde, si ce n’est déjà fait”, a déclaré le directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Alors que le virus continue de se propager, de nouvelles variantes pourraient apparaître à l’avenir qui pourraient être encore plus difficiles à contrôler, a averti l’OMS.

READ  Les médecins français tirent la sonnette d'alarme sur le nombre de patients en soins intensifs de coronavirus

Les vaccins sont l’un des outils les plus importants au monde pour empêcher la propagation des variantes actuelles du SRAS-CoV-2, donnant au virus moins d’opportunités d’évoluer vers de nouvelles variantes. Mais de nombreux pays n’ont pas suffisamment de stocks de vaccins. À l’échelle mondiale, seulement 25,8% de la population mondiale a reçu au moins une dose du vaccin COVID-19, selon le Laboratoire de données sur le changement global de l’Université d’Oxford.

L’OMS a continué de souligner jeudi l’importance de tirer parti de tous les vaccins actuellement approuvés pour une utilisation d’urgence et a lancé un appel à l’action pour qu’au moins 10 % de la population de chaque pays soient vaccinés d’ici septembre 2021.

L’OMS a encouragé les pays riches à partager les stocks de vaccins avec le reste du monde. En combinaison avec les vaccinations, l’utilisation de mesures sociales et de santé publique informées, y compris les masques, la distance physique et l’hygiène des mains, reste la stratégie la plus efficace pour lutter contre la propagation de toutes les variantes du SRAS-CoV2.

“Le virus continue d’évoluer, entraînant davantage de variantes transmissibles”, a déclaré Ghebreyesus la semaine dernière, alors que le monde a vu quatre semaines consécutives de cas augmenter.

Chidimma J. Acholonu, MD, MPH. est médecin pédiatre résident à l’Université de Chicago et collaborateur à l’unité médicale d’ABC News.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here