Nouvelle ère pour le football féminin alors que les clubs choisissent la SPFL plutôt que la SWF – Alan Campbell

Comme décrit ici dimanche dernier, les dix clubs SWPL 1 ont décidé de ne pas rejoindre le football féminin écossais la saison prochaine. Au lieu de cela, ils passeront à un modèle de filiale géré par la SPFL.

Moins prévisibles, ils seront rejoints par les sept équipes de SWPL 2 et potentiellement trois autres de la ligue. La proposition provisoire pour 2022-23 est d’avoir une première division de douze équipes et une deuxième série de huit équipes.

Si c’est le cas, il n’y aurait pas de relégation de SWPL 1 à la fin de cette saison et les deux premiers de SWPL 2 seront promus. Trois équipes de ligue seraient nécessaires pour rejoindre la nouvelle étape dans ce scénario, même si, à ce stade très précoce, aucune des précédentes n’est gravée dans le marbre.

La nouvelle ère du football féminin d’élite s’est décidée en deux rencontres mardi soir. Le premier a réuni 17 clubs, le conseil d’administration et directeur général de SWF Aileen Campbell, le directeur général de la SPFL Neil Doncaster et la responsable du football féminin et féminin de la FA écossaise, Fiona McIntyre.

Ce forum a permis aux clubs d’interroger une dernière fois la SWF et la SPFL, même si beaucoup avaient déjà décidé de rejoindre cette dernière à ce stade de la procédure. La deuxième réunion était réservée aux clubs, les 17 s’accordant, bien qu’à des niveaux de conviction variables, sur le fait que leur avenir résidait dans le modèle de filiale de la SPFL.

Il n’y a pas encore eu d’annonce car certains clubs ont dû obtenir la ratification de leur conseil d’administration principal. Tous les 17 ont également dû écrire officiellement à la SWF pour confirmer qu’ils ne s’affilieraient pas la saison prochaine et informer également la SPFL de leurs intentions.

READ  L'arrière latéral gallois Williams perdra l'ouverture des Six Nations par disqualification

La confirmation publique du changement est toutefois attendue dans les prochaines 48 heures.

C’est une décision importante, qui ne laissera à la SWF que la Coupe écossaise des trois compétitions d’élite à disputer. Le quatrième tour se jouera aujourd’hui, avec Celtic v Rangers en tête du classement.

Alors que les développements récents doivent être désagréables pour la SWF, l’organisation est consciente depuis l’été dernier que l’un des objectifs clés de la stratégie féminine de la SFA était la nécessité de mettre en œuvre un modèle de gouvernance amélioré pour les compétitions d’élite d’ici 2022-23.

C’était aussi ce que les meilleurs clubs voulaient. Au final, c’est la SPFL qui a été la plus proactive en proposant des propositions qui élèveraient le haut de gamme du jeu à un nouveau niveau professionnel.

C’est autre chose…

Il reste maintenant 25 jours à faire deux ans depuis que l’Écosse a célébré sa victoire à la Pinatar Cup. Ils ont remporté les trois matchs, dont le deuxième contre l’Islande de haut niveau.

À ce moment-là, l’amère déception de ne pas se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, ce qui aurait été une première pour n’importe quelle équipe senior écossaise, a commencé à s’estomper. L’équipe a connu une séquence de cinq victoires consécutives, mais en raison de la pandémie, il a fallu encore sept mois avant qu’il y ait une opportunité de jouer à nouveau.

La série est passée à six avec une victoire 3-0 en éliminatoires de l’Euro contre l’Albanie à Tynecastle, mais ce n’était pas une bonne performance et s’est rapidement dégradée par la suite. Les joueurs anglais, en particulier, ressentiront la douleur de ne pas se qualifier – ou même de s’en approcher – lors du coup d’envoi des Européens le 6 juillet avec les hôtes affrontant l’Autriche à Old Trafford.

Il faut dire non plus qu’il n’y a pas eu beaucoup de conviction pour les premiers éliminatoires de la Coupe du monde 2023. Cependant, l’Écosse est confortablement deuxième du groupe B avec le match clé des barrages en Ukraine le 7 avril, en supposant que la situation politique ne se détériore pas davantage. . .

L’Ecosse affrontera le Pays de Galles à la Pinatar Arena lors de son retour à Murcie mercredi, mais sera presque certainement sans Erin Cuthbert, qui a marqué le seul but lorsque les équipes se sont rencontrées en amical il y a huit mois. Le milieu de terrain de Chelsea a été scanné hier (assis) après avoir été aidé pour ce qui semblait être une vilaine blessure aux ischio-jambiers lors du match nul 0-0 de vendredi soir contre Arsenal ; au moment d’écrire ces lignes, il était difficile de prévoir qu’il pourrait voyager.

Pedro Martinez Losa est déjà privé des blessées Lisa Evans, Rachael Boyle et Rachel McLauchlan, tandis que la gardienne du Celtic Chloe Logan est un autre doute après sa blessure à Glasgow City jeudi soir. Logan a été appelé pour la première fois mardi après l’échec des négociations pour recruter le gardien de Washington Spirit Devon Kerr, qui a un grand-père écossais.

L’entraîneur priera pour qu’il n’y ait pas d’autres victimes. Selon le résultat contre le Pays de Galles, l’Ecosse jouera samedi contre la Belgique ou la Slovaquie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here