«Un nouvel emprisonnement ne serait plus toléré», déclare le ministre de l’Autonomie

Illustration dans un Ehpad. – M. Libert / 20 minutes

 » Un nouveau accouchement elle ne serait plus tolérée, ni par les résidents ni par les familles et même pas par le personnel, qui a parfois eu une mauvaise expérience ». Interrogé jeudi par LCI sur la situation en
installations d’hébergement pour personnes âgées non autonomes (Ehpad), la vice-ministre en charge de l’autonomie, Brigitte Bourguignon, appelle à un dépistage «systématique» et à un «isolement ciblé» des habitants.

L’interdiction totale des visites à partir du 11 mars, puis leur retour progressif à partir du 20 avril « c’était nécessaire, car il y a eu un moment d’étonnement, où il fallait s’adapter (et) réagir », se souvient-il.

« Vous n’entendrez plus un établissement vous parler de ressources matérielles »

Sur les 30000 personnes décédées du coronavirus dans le pays, plus de 14000 étaient des résidents d’une maison de retraite médicalisée, selon les données de Santé publique France.

Mais aujourd’hui « les plantes sont prêtes » et disposent de stocks suffisants de dispositifs de protection contre Covid. « Vous n’entendrez plus un établissement vous parler de ressources matérielles », a même assuré le ministre.

« Le confinement peut être envisagé de manière très ciblée »

Cependant, « le confinement peut être très ciblé » sur un résident en maison de retraite « afin de l’isoler des autres », a-t-il ajouté.

Parallèlement, «le dépistage doit être systématique», les familles et les résidents doivent «admettre que le dépistage, lorsque vous revenez de vacances et que vous souhaitez rendre visite à votre famille, est normal».

READ  Tajon Buchanan transféré au Club de Bruges ; La saison 2021 se terminera avec Revolution - CBS Boston

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here