PARIS: L’avionneur européen Airbus a perdu 1,1 milliard d’euros (1,3 milliard de dollars) l’année dernière en raison d’un effondrement mondial sans précédent des voyages aériens en raison de la pandémie, mais prévoit de livrer des centaines d’avions et de réaliser des bénéfices en 2021 malgré l’incertitude quant au moment où les gens reprendront leur vol Masse.

Airbus fait également pression pour négocier un “cessez-le-feu” au début de son long différend commercial avec son rival américain Boeing, dans l’espoir que l’administration Biden sera plus disposée que le gouvernement Trump à conclure un accord.

Le différend a débouché sur des milliards de dollars en tarifs transatlantiques tit-for-tat sur les avions, le fromage, le vin, les jeux vidéo et d’autres produits.

Le PDG d’Airbus, Guillaume Faury, a reconnu jeudi que la performance de la compagnie aérienne l’année dernière était “loin des attentes” et qu’elle devait constamment s’adapter alors que les compagnies aériennes débarquaient – ou se repliaient complètement – en raison des restrictions de voyage.

Airbus a annoncé en juin qu’il supprimerait 15 000 emplois, principalement en France et en Allemagne.

“La crise n’est pas finie. Il est probable qu’elle continuera à être notre réalité tout au long de l’année”, a déclaré Faury. “Les compagnies aériennes continueront de souffrir” et “brûleront de l’argent”, a-t-il prévenu.

Airbus ne s’attend pas à ce que l’industrie retrouve ses niveaux d’avant la pandémie avant 2023-2025, et quand ce sera le cas, Airbus s’attend à ce que les préoccupations environnementales soient de plus en plus importantes pour les passagers et les compagnies aériennes, de sorte qu’il augmente les investissements dans les avions à hydrogène et à faibles émissions. .

READ  Rappelé pour risque de contamination à la salmonelle des centaines de lots de sacs à salade vendus par Auchan, Intermarché, Système U, Leclerc, Carrefour et Grande Épicerie de Paris

Les ventes d’Airbus sont tombées à 49,9 milliards d’euros contre 70 milliards un an plus tôt.

La société a également signalé une perte en 2019 en raison d’un important accord de corruption multinational.

Airbus a livré 566 avions l’année dernière et prévoit d’en livrer à peu près le même nombre cette année, a indiqué la compagnie. Il a fallu 268 commandes d’avions commerciaux, contre 768 l’année précédente.

Les deux chiffres étaient bien inférieurs à la normale ces dernières années, mais supérieurs à ceux du Boeing en difficulté.

La société Boeing a enregistré une augmentation des commandes et des livraisons d’avions en décembre, mais cela n’a pas été suffisant pour sauver l’année.

Il a notamment souffert d’annulations constantes de son 737 Max, qui est resté au sol pendant 21 mois après que des accidents en Indonésie et en Éthiopie aient tué 346 personnes.

Alors que les deux avionneurs font face à une reprise longue et difficile, le PDG d’Airbus a qualifié les tarifs US-UE de «situation de défaite» pour tous.

Les tarifs découlent d’un différend sur les subventions de l’État à Airbus et à Boeing que chaque partie qualifie d’inéquitables.

Après l’aggravation des tensions commerciales sous la présidence Trump, Faury a déclaré: “Nous pensons que la situation est prête à commencer par un cessez-le-feu, suspendre les tarifs, tenir des négociations et aller de l’avant”.

Airbus a accueilli une bonne nouvelle l’année dernière: un accord négocié entre la Grande-Bretagne et l’UE pour réduire les perturbations commerciales après la finalisation du Brexit le 31 décembre.

Faury a insisté jeudi sur le fait que les usines Airbus au Royaume-Uni “ont un rôle très, très important à jouer dans l’avenir d’Airbus”.

READ  La Chine signale 380 cas au sud de Pékin

Dans l’ensemble, cependant, les perspectives du secteur de l’aviation restent sombres.

Jeudi également, Air France-KLM a annoncé avoir plongé dans une perte de 7,1 milliards d’euros (8,5 milliards de dollars) en 2020, les restrictions de voyage et les inquiétudes ayant entraîné une baisse de 67% du nombre de passagers de la compagnie franco-néerlandaise.

Le PDG Ben Smith a déclaré que les transporteurs recherchaient désormais une amélioration en 2021 “dès que la vaccination sera déployée à grande échelle et que les frontières rouvriront à nouveau”.