Autre victime des fortes pluies : les vignerons de Belgique

© Alex Gorbi pour Unsplash

Les viticulteurs belges ont peut-être échappé aux dommages catastrophiques subis par leurs collègues allemands la semaine dernière, mais de fortes pluies pourraient encore entraîner la perte de jusqu’à la moitié de la récolte de cette année.

Lors des inondations qui ont dévasté le nord-ouest de l’Europe la semaine dernière, de nombreux vignerons allemands ont perdu la totalité de leur récolte annuelle. Les viticulteurs néerlandais du Limbourg ressentent également les effets de l’inondation.

Selon une enquête menée par De Tijd, les producteurs belges ont largement échappé à de graves dommages, mais les fortes pluies ont ajouté aux problèmes dont ils souffraient déjà grâce au printemps froid et humide.

Nous avons beaucoup plu et les routes de Dinant ont été inondées. Mais parce que nos vignes sont sur les coteaux, elles n’ont pas été inondées », a expliqué Jeannette van der Steen, propriétaire néerlandaise du domaine de La Bonne Baronne en bord de Meuse.

Il y a eu des moments de tension. Un collègue de Heerlaak, proche de Maaseik, a lui aussi échappé de peu ».

En revanche, Karel Henckens du domaine viticole d’Aldeneyck sur les rives des Moas à Maaseik affirme qu’il n’a subi aucun dommage suite à l’inondation.

La Belgique comptait 198 vignerons en 2020, soit 29% de plus qu’en 2019. L’augmentation s’est produite principalement dans les provinces du Limbourg et de Liège, avec un total de 587 hectares de vignes, en hausse de 33%.

La production a été de 1,85 million de litres, soit une augmentation de 25 %. La Wallonie produit 10 % de volume de plus que la Flandre parce que plus de vins effervescents sont produits, bien que la Flandre ait le double de la superficie en vignes.

Cependant, pour les vignerons du côté belge, les fortes pluies de juillet ont ajouté l’insulte à l’injure.

Le printemps a été pluvieux et relativement froid, et l’été a été décevant jusqu’à présent. Le résultat est que le sol reste saturé, et c’est une mauvaise nouvelle pour la vigne.

Cette humidité élevée affecte à la fois les jeunes raisins et les nouvelles feuilles, à travers les racines, provoquant la perte d’une grande partie de la récolte. Heureusement, nous avons pulvérisé les fruits contre les champignons juste avant la pluie et juste après. Les raisins n’aiment pas les pieds mouillés. Cela provoque la moisissure, l’oïdium ou (la maladie fongique) la pourriture botrytique des régimes.

Patrick Nijs de Wijnfaktorij à Anvers cultive ses raisins sur les coteaux de la vallée de la Meuse et enseigne également les vignerons.

De nombreux vignerons belges font du vin de manière traditionnelle, mais cela ne fonctionne plus maintenant que le temps déroutant a rendu le temps plus inconstant », a-t-il déclaré.

Les vignerons doivent mieux se préparer plutôt que d’espérer un meilleur climat. Nous devons essayer de comprendre ce que cela signifie lorsque la grêle, la pluie, la sécheresse et le gel alternent beaucoup plus rapidement tout au long de l’année ».

READ  La Belgique en bref : êtes-vous à l'abri du Covid ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here