Boris Johnson se retire de la course à la direction des conservateurs britanniques

LONDRES, 23 octobre (Reuters) – L’ancien Premier ministre Boris Johnson s’est retiré dimanche de la compétition pour devenir le prochain dirigeant britannique, affirmant qu’il avait le soutien de suffisamment de législateurs pour passer à l’étape suivante, mais beaucoup moins par l’ancien ministre des Finances de première ligne Rishi Sunak.

« Il y a de très bonnes chances que je réussisse aux élections avec les membres du Parti conservateur – et que je puisse vraiment retourner à Downing Street vendredi », a déclaré Johnson dans un communiqué.

« Mais au cours des derniers jours, j’en suis malheureusement arrivé à la conclusion que ce ne serait tout simplement pas la bonne chose à faire. Vous ne pouvez pas gouverner efficacement si vous n’avez pas un parti uni au parlement. »

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Johnson, qui n’a jamais officiellement annoncé son offre de retourner à Downing Street, a passé le week-end à essayer de convaincre les législateurs conservateurs de le soutenir et a déclaré dimanche qu’il avait le soutien de 102 d’entre eux.

Il avait besoin du soutien de 100 personnes d’ici lundi pour passer à l’étape suivante, qui le verrait affronter Sunak lors d’un vote de 170 000 membres du Parti conservateur.

Sunak, dont la démission en tant que ministre des Finances en juillet a contribué à précipiter la chute de Johnson, avait dépassé la barre des 100 législateurs nécessaires pour passer à l’étape suivante, obtenant 142 partisans déclarés dimanche, selon Sky News.

READ  Tombeau de la période inca trouvé sous la maison dans la capitale du Pérou | Archéologie

Il sera nommé chef du Parti conservateur et deviendra premier ministre lundi à moins que la candidate Penny Mordaunt n’atteigne la barre des 100 partisans pour forcer un second tour des membres du parti. Elle comptait 24 supporters déclarés dimanche.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Paul Sandle

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here