Comment s’habiller pour ne pas ressembler à un touriste en France ?


Il était une fois, il était facile de repérer les Américains à l’étranger (c’est du moins le cliché) : c’étaient eux qui faisaient du bruit en jeans et en t-shirts avec des sacs banane et des casquettes de baseball.

Maintenant, bien sûr, tout une fois sorti est de retour et, comme d’habitude, la mode a adopté tout ce qui précède. L’ex-gauche est désormais mondiale et peut être chic aussi, selon votre appétit pour l’ironie. Cela ne signifie pas, cependant, qu’il n’y a pas certains … stéréotypes nationaux qui s’appliquent toujours.

Depuis que j’ai passé la semaine dernière à des défilés de haute couture à Paris, j’ai pris la liberté de demander à des locaux quels vêtements ils crieraient « américains ». La réponse, presque toujours : des leggings.

Ou, d’ailleurs, d’autres types de vêtements d’entraînement portés comme vêtements de jour : soutiens-gorge de sport, shorts de vélo, etc. Il n’y a pas de mot pour « athleisure » en français. Honnêtement, ce terme ne devrait même pas exister en anglais. C’est le nouveau porte-bébé.

Aussi, à l’autre extrême, quelque chose de trop « Emily à Paris ». (Les Français ont beaucoup de sentiments à propos de « Emily à Paris ».)

READ  L'ancienne star du basket féminin UConn, Gabby Williams, est prête à faire ses preuves avec le Seattle Storm de la WNBA

Traduction : Tout ce qui est trop coloré (c’est l’équivalent vestimentaire de tapageur), compliqué et qui semble faire trop d’efforts. Y compris les coiffures excessivement séchées au sèche-cheveux, le maquillage visible et les talons aiguilles.

Pensez plutôt aux neutres : noir, blanc, beige, bleu marine, vert olive. Qui, dans tous les cas, peuvent être mélangés et assortis à volonté et sont donc excellents pour l’emballage. Pensez à l’euphémisme ; pensez à la responsable marketing jouée par Philippine Leroy-Beaulieu dans « Emily » plutôt qu’à Emily elle-même. Pensez aux baskets, mais en blanc classique, pas dans un néon qui se heurte sauvagement. Le denim, tant qu’il est porté presque comme s’il était tailleur. Aussi un imperméableun chimisteune chemise blanche, un blazer noir.

Et pensez au seul accessoire stratégiquement choisi : une écharpe, une large ceinture, de grosses boucles d’oreilles, même portées une par une. Idem logos. Ils sont bien, mais pas en multiples.

Comme l’a dit Inès de la Fressange, une femme si typiquement française qu’elle est devenue le modèle de Marianne, le visage de la nation : « En France, les femmes portent moins de choses. S’ils ont un collier, ils ne portent pas de boucles d’oreilles. Si elles ont du vernis à ongles, elles ne portent pas toutes les bagues et tous les bracelets ». (Il se trouve qu’il a une ligne avec Uniqlodonc si vous voulez voir ce que cela signifie, vous pouvez le trouver par vous-même.)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here