Des hommes armés à moto tuent au moins 58 personnes au Niger

Des hommes armés à moto ont attaqué un groupe de civils revenant d’un jour de marché dans un coin instable du Niger, faisant au moins 58 morts et incendiant des greniers au sol, a annoncé mardi le gouvernement. Il n’y a pas eu de revendication immédiate de responsabilité pour les massacres de lundi, bien que les extrémistes appartenant à l’État islamique dans le groupe du Grand Sahara soient connus pour être actifs dans la région de Tillaberi, où des villages ont été attaqués.

Les victimes rentraient chez elles d’un grand marché aux bestiaux à Banibangou, près de la frontière troublée du Niger avec le Mali. Les extrémistes présumés ont également détruit des greniers à proximité qui contenaient de précieuses denrées alimentaires.

L’annonce a été lue mardi soir à la télévision nationale nigériane par le porte-parole du gouvernement Abdourahmane Zakaria, qui a déclaré trois jours de deuil national pour les victimes.

Les attentats de lundi soulignent les énormes défis sécuritaires auxquels est confronté le nouveau président du Niger, Mohamed Bazoum, qui a remporté les élections fin février pour succéder au leader sortant Mahamadou Issoufou.

Non seulement les djihadistes sont actifs dans la région de Tillaberi, mais les offensives antiterroristes contre ces extrémistes ont contribué à faire naître des milices ethniques, selon les analystes. En conséquence, les tensions entre les communautés se sont intensifiées, en particulier près de la frontière Mali-Niger.

L’attaque de lundi a fait écho au massacre de janvier qui a tué 100 personnes dans deux villages également de la région de Tillaberi, qui n’avaient été revendiquées par aucun groupe extrémiste ou milice.

READ  Homme noir non armé tué par un policier, indignation aux États-Unis

Des extrémistes ont organisé des attaques massives contre l’armée nigérienne dans la région de Tillabéri, tuant plus de 70 personnes Décembre 2019 et plus de 89 en janvier 2020. Il est proche de la zone où quatre soldats des forces spéciales américaines ont été tués avec cinq collègues nigérians en 2017.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here