France : les sénateurs votent l’interdiction du voile dans les compétitions sportives

Le Sénat français a voté en faveur d’une interdiction du port du foulard dans les compétitions sportives, arguant que la neutralité est une exigence sur le terrain de jeu.

Mardi, la chambre législative haute française a voté en faveur d’un amendement à un projet de loi stipulant qu’il est interdit d’utiliser « des symboles religieux ostentatoires » pour participer à des événements et compétitions organisés par des fédérations sportives.

Dans leur texte, les sénateurs ont clairement indiqué que l’amendement vise à interdire « l’utilisation du foulard dans les compétitions sportives ». Ils ont ajouté que le foulard peut mettre en péril la sécurité des athlètes qui le portent lors de la pratique de leur discipline.

L’amendement proposé par le groupe de droite Les Républicains a été approuvé par 160 voix pour et 143 contre. Une commission composée de membres du Sénat et de la Chambre basse devrait désormais se réunir pour trouver un compromis sur le texte avant sa publication, ce qui signifie que l’amendement peut encore être annulé.

On ne sait pas si l’interdiction sera mise en œuvre pour les Jeux olympiques de Paris en 2024. Le ministère français des Sports n’était pas immédiatement disponible pour commenter.

Le vote est intervenu un an après que les législateurs de la chambre basse du parlement français ont adopté un projet de loi visant à renforcer le contrôle des mosquées, des écoles et des clubs sportifs dans le but de protéger la France des islamistes radicaux et de promouvoir le respect des valeurs françaises. Les projets d’Emmanuel Macron.

READ  La France dit bonjour à l'Inde

Alors que la France est ensanglantée par des attentats terroristes, rares sont ceux qui contestent que la radicalisation est un danger. Mais les critiques voient également la loi comme un stratagème politique pour attirer la droite dans le parti centriste de Macron avant l’élection présidentielle de cette année.

Dans leur amendement, les sénateurs ont déclaré que chaque citoyen est libre d’exercer sa religion, mais ont insisté sur le fait qu’il fallait s’abstenir d’exposer ses différences.

« Il existe aujourd’hui une incertitude juridique quant à l’usage des symboles religieux et il est nécessaire que l’Etat définisse clairement les règles », lit-on dans l’amendement voté par les sénateurs. « Si le port du foulard n’est pas explicitement interdit, on pourrait voir émerger des sports communautaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here