Le pays a déclaré qu’il raterait les Jeux de cet été pour “protéger les joueurs de la crise mondiale de santé publique causée par Covid-19”, selon un rapport publié mardi dans DPRK Sports, un média d’État axé sur les affaires sportives.

La décision a été prise par le Comité olympique nord-coréen (République populaire démocratique de Corée), qui a tenu une réunion par vidéoconférence avec des membres du comité et des responsables sportifs le 25 mars à Pyongyang, la capitale nord-coréenne, a rapporté DPRK Sports.

Les Jeux sont actuellement programmés du 23 juillet au 8 août. Les Jeux paralympiques suivront, du 24 août au 5 septembre.

C’est la première fois que la Corée du Nord perd les Jeux olympiques depuis le boycott des Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles et des Jeux olympiques de 1988 à Séoul. En 2018, les dirigeants des deux Corées ont décidé de poursuivre la co-organisation des Jeux Olympiques en 2032, mais la discussion intercoréenne sur la question a cessé en 2019.

Le pays a décidé de rompre la quasi-totalité de ses liens avec le monde extérieur en 2020 pour éviter un afflux de cas de coronavirus. La Corée du Nord n’a pas signalé d’épidémie majeure de Covid-19 et rien n’indique qu’elle se soit produite, bien que les experts doutent de l’affirmation de Pyongyang selon laquelle le pays n’a pas vu un seul cas de virus.

Selon l’ambassade de Russie à Pyongyang, des diplomates étrangers et des travailleurs humanitaires ont également fui le pays en masse ces derniers mois, invoquant des pénuries de marchandises et des restrictions extrêmes de la vie quotidienne.

Les Jeux Olympiques étaient initialement prévus pour 2020, mais les organisateurs ont été contraints de le faire de mettre hors les Jeux Olympiques pour la première fois dans l’histoire de l’événement en raison de la pandémie.

Le premier événement des Jeux, le relais de la flamme olympique, a été officiellement lancé le 25 mars. La flamme olympique traverse désormais le pays, portée par 10 000 coureurs à travers 47 préfectures lors d’un voyage de 121 jours de Fukushima à Tokyo.

READ  Le républicain bloquera la certification de victoire de Joe Biden

Mais la reprise des Jeux était un choix controversé, avec des défis logistiques croissants et des problèmes de pandémie. Au Japon, le soutien du public à l’événement est tombé à un niveau historiquement bas.

Les organisateurs ont évolué, mais cette année, les Jeux sont très différents des itérations précédentes. Le mois dernier, le comité d’organisation de Tokyo 2020 a déclaré les spectateurs internationaux se verraient refuser l’entrée au Japon en raison de la prévalence du coronavirus dans le pays et à l’étranger. Les Jeux paralympiques n’accueilleront pas non plus les supporters en déplacement, a déclaré le comité.

Matias Grez de CNN a contribué à ce rapport.