La France réglemente l’utilisation des allégations de neutralité carbone dans les publicités | Jour Jones

Dans le cadre de son arsenal législatif de lutte contre le changement climatique, la France a adopté la Loi climat et résilience le 22 août 2021 (« Loi Climat »), prévoyant un grand nombre de mesures contraignantes contre les émissions de gaz à effet de serre (« GES »).

Certaines de ces mesures visent spécifiquement à prévenir les pratiques de greenwashing. À cette fin, article 12 de la loi climat interdit aux entreprises d’indiquer dans une publicité que leurs produits ou services sont neutres en carbone ou d’utiliser toute mention de sens ou de portée équivalente (par exemple, mettre à la disposition du public les informations suivantes :

  • Un rapport sur les émissions de GES qui complète les émissions directes et indirectes de leurs produits ou services ;
  • Le processus par lequel les émissions de GES de leurs produits ou services sont : (i) évitées, (ii) réduites ou (iii) compensées et le plan de réduction des GES ; Et
  • Les modalités de compensation des émissions résiduelles de GES respectant les normes minimales.

Afin de guider la mise en œuvre de l’article 12 de la loi climat, le gouvernement français a adopté un décret le 13 avril 2022 (Décret n°2022-539), qui entre en vigueur le 1er janvier 2023. Sur la base de ce décret, les entreprises doivent établir un rapport de synthèse contenant :

  • Emissions annuelles de GES couvrant l’ensemble du cycle de vie des produits ou services annoncés, établies selon les exigences de la norme NF EN ISO 14067 ou toute autre norme équivalente ;
  • Le plan de réduction des émissions de GES associés aux produits ou services annoncés, avec des objectifs de progrès annuels sur 10 ans. Un plan actualisé est publié tous les cinq ans, couvrant une période supplémentaire de 10 ans ; Et
  • Détail des modalités de compensation des émissions résiduelles de GES en précisant par exemple la nature, la description et le coût des projets de compensation.
READ  Les ministres discuteront de l'ajout de la France à la "liste rouge" de l'interdiction de voyager en raison de l'augmentation des cas de covid

Ce rapport de synthèse est mis à jour annuellement afin de suivre l’évolution des émissions de GES par rapport au plan de réduction défini. Dans le cas où les émissions associées aux produits ou services avant compensation augmentent deux années consécutives, l’entreprise devra retirer la déclaration de neutralité carbone de ses annonces.

En outre, un deuxième décret (Décret n°2022-538), également adopté le 13 avril 2022, établit les conditions dans lesquelles le non-respect des exigences susmentionnées pourrait faire l’objet de sanctions administratives. Selon ce décret, le ministère de l’Environnement doit au préalable adresser un courrier à l’entreprise défaillante, qui disposera d’un mois pour apporter sa réponse. Sur la base de la réponse, le ministère peut alors émettre un avertissement demandant à l’entreprise de remplir ses obligations dans un certain délai. Si l’entreprise ne se conforme pas à l’avertissement dans le délai imparti, le ministère ordonne alors le paiement d’une amende administrative de 100 000 €, éventuellement majorée de l’intégralité du montant de la dépense pour l’annonce non conforme.

A l’heure où les engagements climatiques des entreprises sont au cœur des attentes de la société civile, ce nouveau règlement encadre le nombre croissant d’allégations climatiques portées dans les publicités, avec des critères stricts pour assurer leur légitimité et limiter les risques de greenwashing.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here