La France retarde le mandat de vaccination des agents de santé dans les îles des Caraïbes touchées par les émeutes

PARIS, 26 novembre (Reuters) – La France a reporté la mise en œuvre d’un mandat de vaccination contre le COVID-19 pour les personnels de santé en Martinique et en Guadeloupe après que cette mesure a déclenché de nombreuses protestations dans les territoires français où des policiers ont été blessés et des journalistes agressés.

Les deux îles des Caraïbes ont été touchées par des troubles la semaine dernière après que le gouvernement français a imposé des mesures plus strictes pour freiner la propagation du virus.

Les vaccinations obligatoires pour les agents de santé, une mesure déjà introduite sur le continent français, avaient alimenté le ressentiment parmi la population noire principalement sur les îles.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Le ministère français de la Santé a indiqué dans un communiqué à l’issue d’une réunion du gouvernement de crise vendredi qu’il avait décidé de reporter au 31 décembre « l’achèvement de la mise en œuvre du mandat de vaccination » en Martinique et en Guadeloupe.

Il avait mis en congé sans solde ceux qui refusaient l’inoculation, mais dit maintenant qu’il accordera plus de temps à ceux qui ont été suspendus pour un « dialogue » individuel avec leurs responsables tout en continuant à être payés.

Certains sur les îles ont qualifié le mandat de retour à l’ère de l’esclavage en France, insistant sur le fait qu’ils devraient être autorisés à faire leurs propres choix en matière de traitement de santé.

La réunion du gouvernement français a eu lieu alors que les émeutes en Martinique se poursuivaient, a indiqué une source proche du ministre français des Affaires étrangères.

READ  Carence en Sriracha : ce qu'il faut savoir

« La nuit dernière a été clairement plus intense que les nuits précédentes », a déclaré vendredi à Reuters un porte-parole de l’Etat français.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré que les autorités de la Martinique et de la Guadeloupe ont procédé à 10 arrestations après que des coups de feu ont été tirés jeudi soir, blessant plusieurs personnes.

Des journalistes de la télévision française, des agences de presse et des photographes ont été agressés jeudi soir, a indiqué le groupe de presse Altice dans un communiqué, confirmant les propos précédents du ministre. Un policier a été grièvement blessé et a dû être opéré, ont indiqué les autorités locales.

Les procureurs ont déclaré que des manifestants masqués avaient également tenté de mettre le feu à la porte de la résidence officielle du préfet, le plus haut représentant de l’État central français, mais qu’il n’y avait eu aucun dommage important.

En Guadeloupe, où les manifestations ont commencé la semaine dernière, il existe une méfiance historique à l’égard de la gestion des crises sanitaires par le gouvernement après que de nombreuses personnes ont été systématiquement exposées aux pesticides toxiques utilisés dans les bananeraies dans les années 1970.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à reuters.com

Rapporté par Benoit Van Overstraeten, Sudip Kar-Gupta et Tassilio Hummel ; édité par John Stonestreet, Mark Porter et Emelia Sithole-Matarise

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here