Russie est prêt pour une scission avec le Union européenne si l’UE impose de nouveaux paralysants les sanctions au milieu d’un différend sur le traitement des chef de l’opposition Alexei Navalny, le plus haut diplomate du pays, a mis en garde vendredi.

En réponse à une question sur la volonté de Moscou de rompre ses liens avec l’UE, le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré dans des remarques télévisées que la Russie ne voulait pas être isolée mais devait accroître son autosuffisance pour faire face à d’éventuelles sanctions de l’UE.

“Nous ne voulons pas être isolés de la vie internationale, mais nous devons être prêts pour cela”, a déclaré Lavrov. “Si vous voulez la paix, vous devez vous préparer à la guerre.”

Sur cette photo prise le vendredi 12 février 2021 et fournie par le tribunal de district de Babuskinsky, le chef de l’opposition russe Alexei Navalny se tient dans une cage lors d’une audience sur des accusations de diffamation au tribunal de district de Babuskinsky à Moscou, en Russie. (Service de presse du tribunal de district de Babuskinsky via AP)

Interrogé pour savoir si la Russie se dirige vers une scission avec l’Union européenne, Lavrov a répondu: “Nous supposons que nous sommes prêts pour cela.”

Il a souligné l’importance des liens économiques avec les 27 pays de l’UE, ajoutant que la Russie continuera à s’engager dans une coopération mutuellement avantageuse. Dans le même temps, a déclaré Lavrov, la Russie doit se préparer au pire et compter de plus en plus sur ses propres ressources.

MERKEL SOUS LE FEU POUR MANQUE DE CHOIX DES PARTIES ENTRE LA CHINE COMMUNISTE ET LES ÉTATS-UNIS CAPITALISTES

«Nous devons y parvenir dans le domaine économique, si nous constatons à nouveau, comme nous l’avons entendu à plusieurs reprises, que les sanctions imposées dans certains domaines créent des risques pour notre économie, même dans les domaines les plus délicats, comme la fourniture de pièces et composants », a ajouté le ministre russe des Affaires étrangères.

READ  Le vaccin russe Spoutnik obtient sa première approbation dans l'UE, aux Émirats arabes unis

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné que la Russie veut maintenir des liens normaux avec l’UE mais doit se préparer au pire si le bloc prend des mesures hostiles.

Sur cette photo publiée par le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'exprime lors d'une réunion à Moscou, en Russie, le mercredi 10 février 2021 (Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères via AP)

Sur cette photo publiée par le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’exprime lors d’une réunion à Moscou, en Russie, le mercredi 10 février 2021 (Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères via AP)

“Si nous sommes confrontés à une trajectoire destructrice qui endommagera nos infrastructures, nos intérêts, la Russie doit être prête à l’avance à de telles mesures hostiles”, a déclaré Peskov lors d’un appel téléphonique avec des journalistes interrogés sur le commentaire de Lavrov. “Nous devons être autosuffisants. Nous devons assurer notre sécurité dans les zones stratégiques les plus sensibles et être prêts à remplacer tout ce dont nous pourrions être privés par une infrastructure nationale au cas où la folie prévaudrait et que de telles actions hostiles auraient lieu.”

Le porte-parole de la Commission européenne, Peter Stano, a déclaré vendredi que l’UE se félicitait d’une “coopération mutuellement avantageuse chaque fois que l’autre partie est prête pour une telle coopération et un tel dialogue”, ajoutant que la Russie a “indiqué qu’elle ne serait pas vraiment disposée à aller dans cette direction”.

UNE FEMME RUSSE, 21 ANS, DÉTAIL LE TRAITEMENT PEU PAR LA POLICE APRÈS LES PROTESTATIONS ANTI-PUTINA

Le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Andrea Sasse, a qualifié les propos de Lavrov de “vraiment déconcertants et totalement incompréhensibles pour nous”. Il a déclaré aux journalistes à Berlin que le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas avait clarifié les plaintes de l’Allemagne avec la Russie, mais a également souligné que “nous sommes intéressés par une coopération avec la Russie”.

Les relations Russie-UE sont tombées à de nouveaux creux après l’arrestation et la détention de Navalny. L’ennemi politique le plus important du président russe Vladimir Poutine a été arrêté le 17 janvier à son retour d’Allemagne, où il a passé cinq mois à se remettre de l’intoxication nerveuse qui a blâmé le Kremlin. Les autorités russes ont nié ces allégations.

Sur cette photo publiée par le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à droite, et le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell portant un masque pour se protéger contre le coronavirus, ils disent au revoir avant les pourparlers.  à Moscou, Russie, vendredi 5 février 2021 (service de presse du ministère russe des Affaires étrangères via AP)

Sur cette photo publiée par le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à droite, et le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell portant un masque pour se protéger contre le coronavirus, ils disent au revoir avant les pourparlers. à Moscou, Russie, vendredi 5 février 2021 (service de presse du ministère russe des Affaires étrangères via AP)

READ  Des centaines de détenus alors que les manifestations lancées par l'ennemi de Navalny Poutine éclatent à travers la Russie

La semaine dernière, un tribunal de Moscou a envoyé Navalny en prison pendant deux ans et huit mois pour avoir violé les conditions de sa probation lors de sa convalescence en Allemagne. La période probatoire a résulté d’une condamnation pour détournement de fonds en 2014 que Navalny a rejeté comme fabriqué et la Cour européenne des droits de l’homme a déclaré illégale.

Navalny est retourné au tribunal vendredi pour avoir diffamé un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale qui a été présenté dans une vidéo de l’année dernière annonçant des amendements constitutionnels permettant une extension du règne de Poutine. Navalny a qualifié les gens de la vidéo de “serviteurs corrompus”, de “gens sans conscience” et de “traîtres”. Il a rejeté les accusations de diffamation dans le cadre des efforts du Kremlin pour le discréditer et pourrait être passible d’une amende ou de travaux d’intérêt général s’il était reconnu coupable.

LA SUÈDE LANCE UN «PASSEPORT DE VACCIN» NUMÉRIQUE CORONAVIRUS POUR PERMETTRE LES VOYAGES

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré après sa visite en Russie la semaine dernière que le bloc des 27 nations devait prendre une position ferme dans ses relations avec la Russie et réfléchir à de nouvelles sanctions à la suite de la peine de prison de Navalny. Alors que Borrell rencontrait Lavrov, Moscou a annoncé l’expulsion de diplomates d’Allemagne, de Pologne et de Suède pour avoir participé à des manifestations en faveur de Navalny.

Les trois pays de l’UE ont répondu poliment lundi, expulsant chacun un diplomate russe.

Sur cette photo publiée par le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, accueille le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, pour assister à une conférence de presse conjointe après des entretiens à Moscou, Russie, vendredi 5 février 2021 (Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères via AP)

Sur cette photo publiée par le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, accueille le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, pour assister à une conférence de presse conjointe après des entretiens à Moscou, Russie, vendredi 5 février 2021 (Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères via AP)

READ  SolarWinds Hacks: les États-Unis parlent de hacks de haut niveau qui nécessitent l'aide du pays

Borrell a déclaré qu’il prévoyait de présenter des propositions d’action possible contre la Russie lorsqu’il présiderait la prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères du bloc le 22 février.

L’arrestation de Navalny a déclenché une vague de manifestations à travers la Russie qui a amené des dizaines de milliers de personnes dans la rue dans la plus grande manifestation de mécontentement depuis des années. Les autorités ont réagi par des mesures de répression massives, arrêtant quelque 11 000 personnes à travers la Russie. De nombreux manifestants ont été condamnés à une amende ou à des peines de prison allant de sept à 15 jours.

Les États-Unis et l’Union européenne ont exhorté la Russie à libérer Navalny et à mettre fin à la répression des manifestations. Le Kremlin les a accusés de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Russie et a déclaré qu’il n’écouterait pas les critiques occidentales concernant la condamnation de Navalny et les actions de la police contre ses partisans.

Lavrov a accusé l’Occident de poursuivre “l’endiguement agressif de la Russie” pour punir le pays pour sa politique étrangère indépendante.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

“Les sanctions n’apporteraient aucun résultat. Elles ne changeraient pas notre cap pour la défense de nos intérêts nationaux”, a déclaré Lavrov.