La L214 Animal Rights Association diffuse du vendredi 3 décembre au nouveau vidéo visite dans une porcherie située à Limoise, dans l’Allier. La ferme en question est mise en évidence par Herta pour illustrer sa «ligne de préférence». L214 annonce porter plainte contre l’élevage pour “mauvais traitements” des animaux et pour “tromperie du consommateur” contre Herta, qui vend des produits d’épicerie fine et de charcuterie.

L’association a pu tourner une vidéo sur cette ferme, notamment dans les maternités, où “les truies donnent naissance à des porcelets enchaînés”. On voit les animaux “enfermés dans des cages à peine plus grandes que leurs corps“à tel point que les truies “lutte pour se lever”.

«Dans ces conditions, nous voyons qu’il leur arrive d’écraser un de leurs petits lorsqu’ils sont couchés.

Association L214

communiqué de presse

Les photos montrent également les porcelets “qui sont nés dans un environnement de métal, de plastique et de béton“Beaucoup d’entre eux meurent à la naissance. Dans la vidéo, on voit le fermier en train de récolter des porcelets “mort à la douzaine, et tuer les cochons jugés trop petits en se cassant le crâne”.

Du “conditions de promiscuité extrême” quelle faveur “agression entre animaux” pour L214. “Au lieu de donner plus d’espace et de litière aux porcs, nous leur coupons systématiquement la queue pour éviter qu’ils se mordent et se blessent”, déplore l’association qui se souvient de lui “cette pratique d’élevage est interdite par la réglementation”.

“C’est un éleveur que nous aidons et soutenons depuis un certain temps”, réagit sur franceinfo, Arnaud de Belloy, directeur général d’Herta, qui précise qu’il y a eu “un audit récent” sur l’exploitation en question. “Il y a un réel besoin d’aider les agriculteurs qui veulent franchement s’améliorer, il faut arrêter de les critiquer”, agace le responsable de la marque.

“Nous verrons ce qui est conforme et ce qui est lié aux assemblages [de la vidéo de L214] et s’il y a des écarts, nous prendrons les mesures nécessaires. “

Arnaud de Belloy, directeur général de Herta

vers franceinfo

En mettant en garde contre d’éventuels “montages” de la vidéo qui aurait tendance à exagérer la situation, Arnaud de Belloy dit qu’il prend “ceci très sérieusement”. Selon lui, les membres de L214 sont “Des professionnels anti-élevage. Ils font leur propagande. Nous observerons ce qui se passe et répondrons à tous les éléments”.

Pour l’association il s’agit en fait d’un élevage intensif en “Conditions d’élevage déplorables pour les porcs et non conformes aux exigences réglementaires”. “Herta nous ment”, revendique L214 qui indique une communication de l’entreprise qui n’est pas conforme à la réalité. La marque met l’accent “ses engagements”, engagé dans le «secteur Préférence» depuis 2013, qui “initie une approche plus respectueuse de l’environnement et du bien-être animal”.

De son côté, Arnaud de Belloy défend ses engagements qui se mettent en œuvre au détriment de“investissements pour améliorer nos produits”. “Nous voulons développer des secteurs aussi vertueux que possible mais tout ne se fait pas du jour au lendemain, nous n’avons jamais dit que nous étions parfaits”il à répondu.

READ  Les admissions à l'hôpital augmentent de 14%

L’enquête de L214 s’est également concentrée sur les porcs qui vont à l’abattage et qui sont “stocké sur le quai pendant plus de 19 heures sans nourriture et sans avoir la place pour se coucher tout en même temps. Le chargement se fait avec des aiguillons électriques”, détaille l’association. Les images montrent également “tout un arsenal de médicaments, y compris des antibiotiques périmés depuis 10 ans”.