Le réalisateur coréen S. Bong Joon-ho est répertorié dans l’encyclopédie française

Le cinéaste sud-coréen Bong Joon-ho, lauréat de Cannes, a fait figurer son nom dans une encyclopédie française de renom pour ses succès cinématographiques et sa reconnaissance dans la nation européenne, a révélé un rapport jeudi.

Dans la dernière édition du « Petit Larousse Illustre », un dictionnaire encyclopédique en français lancé en 1905, le réalisateur sud-coréen a remporté une page, ainsi que 40 nouvelles figures de domaines variés tels que la littérature, le cinéma et le sport, selon le rapport de. l’Agence coréenne de contenu créatif (KOCCA).

L’acteur américain John Travolta, l’historien français Michel Zink, l’acteur français Philippe Torreton et l’auteur français Pierre Lemaitre font partie des célébrités qui ont rejoint l’édition 2021 de l’encyclopédie.

« Petit Larousse », qui comprend deux sections principales d’un dictionnaire de mots communs et d’une encyclopédie, publie une édition révisée de l’ouvrage en un volume chaque année.

Citant les médias français, le rapport KOCCA affirme que l’inclusion du réalisateur Bong dans le dictionnaire répondait à six critères, dont sa notoriété en France et dans la région francophone, sa légitimité et sa reconnaissance auprès du public, de la critique et de ses pairs., L’universalité de l’œuvre et l’accessibilité du contenu de son œuvre.

Bong est l’un des réalisateurs coréens les plus connus en France car ses œuvres ont reçu des critiques élogieuses de la part de cinéastes et cinéphiles français.

Depuis sa première visite au Festival de Cannes en 2006 avec son troisième long métrage « The Host », il est devenu l’un des réalisateurs français les plus populaires. Ses prochains films tels que « Mother » (2009), « Okja » (2017) et « Parasite » (2019) ont été invités à Cannes, la dernière comédie noire remportant la plus prestigieuse Palme d’Or.

READ  Un organisme français de surveillance de la vie privée enquête sur le Clubhouse après une plainte et une pétition

Son projet de 2013 « Snowpiercer » était également basé sur le roman graphique français « Le Transperceneige » (1982) de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette. (Yonhap)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here