Les compagnies aériennes poussent les États-Unis à refuser de lever les restrictions de voyage liées au COVID-19

Des voyageurs portant des masques de protection pour prévenir la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19) récupèrent leurs bagages à l’aéroport de Denver, Colorado, États-Unis, le 24 novembre 2020. REUTERS/Kevin Mohatt

Les principales compagnies aériennes font pression sur le gouvernement américain pour sa décision de ne pas agir rapidement pour assouplir les restrictions COVID-19 bloquant les voyageurs qui se sont rendus dans une grande partie de l’Europe et ailleurs alors même que d’autres pays ont commencé à assouplir les interdictions.

Lundi, les dirigeants de plusieurs grandes compagnies aériennes ainsi que les PDG de l’aéroport d’Heathrow et du groupe industriel US Travel Association tiendront une conférence de presse virtuelle pour faire pression pour la suppression des restrictions de voyage entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Les PDG des unités American Airlines (AAL.O), IAG (ICAG.L), British Airways, Delta Air Lines (DAL.N), United Airlines (UAL.O) et JetBlue Airways Corp (JBLU.O) seront présents. .

Le 11 mai, les PDG des compagnies aériennes ont appelé à un sommet entre des responsables américains, des responsables britanniques et des compagnies aériennes pour discuter de la manière de “rouvrir rapidement les voyages transatlantiques”.

Depuis mars 2020, les États-Unis ont interdit à presque tous les citoyens non américains ayant séjourné au Royaume-Uni au cours des 14 derniers jours d’entrer dans le pays. La plupart des voyageurs américains visitant le Royaume-Uni doivent se mettre en quarantaine pendant 10 jours à leur arrivée.

Les responsables de la compagnie aérienne et de l’administration disent qu’aucun changement n’est attendu à court terme, mais ajoutent qu’il est possible que les restrictions soient levées dès le 4 juillet ou à peu près, mais avertissent qu’aucune décision n’a été prise.

READ  Sous la pression des actionnaires, Danone travaille à la vente d'actifs chinois

Vendredi, la France a déclaré que les Américains vaccinés à partir du 9 juin pourront se rendre dans le pays. United a annoncé qu’il reprendrait ses vols vers Paris depuis Washington en juillet et Delta a déclaré qu’il ajoutait également des vols vers la France.

Le président d’American Airlines (AAL.O), Robert Isom, a déclaré vendredi lors d’une conférence de presse à l’aéroport national de Washington : “Nous savons qu’il existe une énorme demande refoulée pour ce service”.

Isom a déclaré que la compagnie aérienne avait “beaucoup de capacités pour être prête à partir” pour les voyages en Europe. Lorsqu’on lui a demandé si le 4 juillet serait trop tard pour les voyages d’été en Europe, Isom a répondu: “Nous l’aurons quand il arrivera.”

Les responsables des compagnies aériennes avaient précédemment espéré que d’ici la fin mai, les États-Unis lèveraient les restrictions de voyage au Royaume-Uni et en Irlande, où de nouveaux cas de COVID-19 ont chuté. (Voir le tableau, Global Vaccination Tracker : https://graphics.reuters.com/world-coronavirus-tracker-and-maps/vaccination-rollout-and-access/)

Des restrictions de voyage s’appliquent également à la plupart des citoyens non américains au Brésil, en Afrique du Sud, en Inde et en Iran.

L’administration Biden a tenu jeudi un appel téléphonique avec des responsables britanniques, ont déclaré des personnes informées à ce sujet, mais la Maison Blanche n’a donné aucune indication sur son intention de lever les restrictions.

La Maison Blanche, qui se concentre sur l’augmentation des taux de vaccination aux États-Unis et la réduction des cas de COVID-19, a refusé de commenter vendredi.

Le président Joe Biden répondra certainement aux questions sur le sujet des dirigeants étrangers lors de son voyage en Europe la semaine prochaine.

READ  Mises à jour en direct: Zuckerberg, Dorsey et Pichai abordent l'extrémisme et la désinformation en ligne devant la Commission de la Chambre

“Nous comprenons certainement le désir de nombreux Européens de venir voyager aux États-Unis et vice versa”, a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, le 21 mai. “Nous ne pouvons pas répondre à la pression du public ou même aux émotions. Nous devons nous fier aux conseils de nos experts médicaux et de la santé.”

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here