Les électeurs français de Shanghai touchés par le COVID ne peuvent pas voter aux élections de dimanche

Les citoyens français bloqués à Shanghai, touchée par le COVID, ne pourront pas voter dans un bureau de vote de la ville lors du premier tour très disputé des élections présidentielles de dimanche, a annoncé vendredi l’ambassade de France à Pékin. Les démarches répétées auprès des autorités chinoises demandant l’autorisation d’ouvrir le bureau de vote au sein du consulat français de la ville et de permettre aux électeurs et aux responsables électoraux de quitter leur domicile ont été rejetées, a indiqué l’ambassade.

« Malheureusement, le 7 avril, les autorités de Shanghai ont répondu que ‘compte tenu de la situation grave et compliquée à Shanghai, il est objectivement impossible de remplir les conditions pour que votre consulat organise les élections, pour la sécurité de tous les résidents de Shanghai' », a déclaré l’ambassade sur son compte de médias sociaux WeChat. Ni le gouvernement de la ville de Shanghai ni le ministère chinois des Affaires étrangères n’ont immédiatement répondu à une demande de commentaire de Reuters.

Shanghai abrite environ 26 millions d’habitants, dont 4 848 électeurs français inscrits en décembre, selon l’ambassade. Il a été épinglé alors qu’il combat la pire épidémie de COVID-19 en Chine depuis le début de la pandémie à Wuhan il y a plus de deux ans. « C’est une grande frustration car c’est un droit que nous avons et nous n’avons jamais perdu une seule élection », a déclaré David Iosub, 47 ans, un Parisien qui vit avec sa famille à Shanghai depuis huit ans.

Les électeurs français ne peuvent voter qu’en personne ou par procuration, et les questions de vote par procuration doivent être remplies bien à l’avance et, dans la plupart des cas, doivent inclure une visite en personne dans des lieux désignés tels qu’un poste de police ou un consulat. « Il est toujours déplorable du point de vue de la démocratie qu’un grand nombre de Français ne puissent pas voter lors d’élections majeures », a déclaré Franck Pajot, candidat basé à Pékin aux élections législatives françaises de cet été pour la circonscription d’Asie, d’Océanie et d’Europe de l’Est de Français vivant à l’étranger, dont la Chine.

READ  Macy's réduit les heures de travail dans tous ses magasins en raison de l'augmentation des cas de Covid

Les bureaux de vote de six autres villes de Chine, dont Pékin, Hong Kong et Guangzhou, ouvriront comme prévu. Un deuxième tour de scrutin aura lieu le 24 avril.

(Cette histoire n’a pas été éditée par l’équipe de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux syndiqué.)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here