Washington a encore durci son affrontement avec Pékin. Le gouvernement américain a adopté des sanctions contre onze dirigeants de Hong Kong, dont la directrice générale Carrie Lam, le vendredi 7 août, parallèlement à des mesures radicales contre TikTok et WeChat.

“Les États-Unis soutiennent le peuple de Hong Kong et nous utiliserons nos outils et nos autorités pour cibler ceux qui portent atteinte à leur autonomie”a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi “Une escalade sans précédent”: face à la Chine, les États-Unis prennent une ligne dure

Les sanctions comprennent le gel des avoirs de Mmoi Lam, secrétaires à la sécurité et à la justice ou chef de la police, accusé de chercher à restreindre l’autonomie du territoire et “Liberté d’expression ou de réunion” de ses habitants.

Le bureau de représentation du gouvernement chinois à Hong Kong a appelé “Barbare et impoli” les sanctions. “Les intentions néfastes des politiciens américains de soutenir les personnes anti-chinoises et de semer le désordre à Hong Kong ont été révélées”, a déclaré le bureau dans un communiqué.

Plus tôt, un haut responsable de Hong Kong, le secrétaire au Commerce Edward Yau, a également protesté contre cette décision. << Ces types de sanctions qui visent les responsables et les dirigeants d'autres pays sont sauvages, disproportionnés et déraisonnables., Dit Yau. Si les États-Unis prennent unilatéralement ce genre d’action déraisonnable, cela affectera en fin de compte les entreprises américaines. “

Un climat dégradé depuis l’adoption de la loi

Les sanctions américaines sont une réponse à l’adoption par la Chine en juin d’une loi sur la sécurité nationale dans l’ancienne colonie britannique. Selon Pékin, cela contribue à assurer la stabilité, à mettre fin aux violences qui ont marqué le mouvement de contestation de 2019 à Hong Kong, ainsi qu’à y réprimer le courant indépendantiste.

READ  Retour à la normale réussi pour l'Olympique Lyonnais, qui écrase Dijon (4-1)

Mais pour les pays occidentaux, le texte vise à museler l’opposition hongkongaise après les manifestations monstres de l’année dernière, qui dénonçaient l’influence de Pékin sur le territoire.

En représailles, le président américain Donald Trump a annoncé mi-juillet la fin du régime économique préférentiel accordé par les États-Unis au territoire autonome, grande place financière internationale, et avait promulgué une loi prévoyant des sanctions contre les responsables de Hong Kong. et chinois.

Lire aussi Le consulat chinois à Houston, “plaque tournante de l’espionnage”, selon Mike Pompeo

Entre-temps, le climat s’est dégradé entre les deux grandes puissances. Accusant la Chine d’espionnage, Washington a fermé son consulat à Houston (Texas), et la Chine a pris possession du consulat des États-Unis à Chengdu (sud-ouest). Les États-Unis ont également pris parti avec Pékin dans les différends territoriaux de la mer de Chine méridionale et l’ont accusé de violer les droits de la minorité musulmane ouïghoure.

Un choc dans la sphère technologique

Mais c’est dans le domaine technologique que le durcissement est le plus radical. Donald Trump a signé jeudi un décret interdisant toute transaction dans quarante-cinq jours “Personnes sous juridiction américaine” avec ByteDance, la société mère chinoise de TikTok, une application vidéo légère extrêmement populaire auprès des jeunes.

Le président américain a également adopté un décret similaire concernant la plateforme WeChat, qui appartient au géant chinois Tencent et est omniprésente dans la vie des Chinois (messagerie, paiements à distance, réservations…).

Lire aussi Pourquoi Donald Trump veut également interdire l’application de messagerie WeChat

États Unis “Mener des manipulations politiques et répressives arbitraires, qui ne peuvent que conduire à leur propre déclin moral et nuire à leur image”Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré vendredi.

READ  Pyongyang publie une vidéo de Kim Jong-Un, dont l'état de santé alimente encore les rumeurs

Le monde avec l’AFP