Les investissements étrangers en Belgique en baisse de 15% en 2020

Photo de Markus Winkler sur Unsplash

La Belgique a enregistré une baisse de 15% du nombre de projets d’investissements étrangers l’an dernier, mais a maintenu sa position de numéro cinq dans le top cinq des pays européens les plus attractifs, selon le « baromètre d’attractivité » publié lundi par Ernst & Young Global Limited (EY) Belgique .

Les industries des technologies propres et de haute technologie sont considérées comme les moteurs de l’économie belge.

« Alors que notre pays a encore un certain nombre d’avantages importants, des pays comme l’Espagne et l’Italie font des progrès rapides », a-t-il ajouté. relation Elle a dit.

« Le principal risque pour notre pays est désormais le niveau de notre fiscalité et la complexité de notre fiscalité, qui ont dépassé le coût du travail comme principale préoccupation des investisseurs. »

En 2020, la Belgique a enregistré 227 projets qui ont généré la création de 5 098 emplois. La Flandre reste la région la plus attractive avec plus de la moitié des projets, tandis que la Wallonie est en retard sur les chiffres record de 2019.

Le classement est dominé par la France, devant le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne.

Le Royaume-Uni est devenu le premier investisseur en Belgique, tandis que les États-Unis et la France ont drastiquement réduit le nombre de projets. La Chine a presque doublé ses projets d’investissement en Belgique.

Selon le baromètre, cependant, la Belgique est en retard par rapport aux perspectives de reprise moyennes en Europe.

« La Belgique détient toujours de nombreux actifs valorisés par des investisseurs étrangers », a déclaré Tristan Dhondt, partenaire d’EY Belgique.

READ  Face aux gains militaires, la France mise sur la technologie quantique nationale

«Mais la dernière chose dont nous avons besoin, c’est de la complaisance. La Belgique doit défendre sa réputation de hub commercial, qui devrait pouvoir attirer plus d’investissements. »

EY a donc recommandé de se concentrer sur les investisseurs déjà établis en Belgique en simplifiant les procédures administratives et réglementaires, en réduisant le taux d’imposition des sociétés à 20 %, en investissant dans les compétences numériques et en se concentrant sur les industries des technologies propres et de haute technologie.

The Brussels Times Bruxelles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here