“C’est tout un cas de vous aurait pu, mais ce n’est pas suffisant, à la fois pour nous-mêmes et pour la direction de l’équipe et pour le public irlandais. C’est démoralisant. Nous pourrions avoir un record de trois jeux, gagner trois, mais en un an, tout les gens verront l’Irlande au bas du tableau. Ils ne se souviendront d’aucune performance. “

Paroles de David Corkery telles que rapportées par The London Independent jette les attentes actuelles de l’équipe irlandaise de rugby en net relief par rapport à son prédécesseur des années 1990.

Bien qu’une recherche d’âme soit nécessaire à la suite de quelques pertes initiales consécutives pour la première fois à l’ère des Six Nations, 1998 et toute la décennie étaient une bête très différente.

Flanker Corkery avait dit ses mots il y a 23 ans après une troisième défaite au trot pour ouvrir une campagne des Cinq Nations qui se terminerait par une quatrième de quatre défaites à Twickenham deux semaines plus tard.

Leurs deux premières défaites contre l’Écosse et la France étaient survenues par une marge combinée de trois points ou, pour le dire autrement, par un coup de pied de balle en 160 minutes. Cependant, comme l’a dit Corkman, seuls les résultats seraient retenus au fil des ans.

Cela a été largement démontré par la résurrection des statistiques de la semaine dernière qu’aucune équipe irlandaise n’avait perdu ses deux premiers matchs depuis 1998 en guise d’avertissement avant la victoire de la France dimanche.

Les Irlandais Andy Ward et Victor Costello, à droite, en action contre la France en 1998

Mais cette année n’a pas été inhabituelle lorsque l’Irlande a eu du mal à obtenir des résultats dans les années 1990. Hormis 1991 (année du deuxième match nul) et 1997, les équipes impliquées ont toujours perdu leurs deux premiers matchs et parfois – 1992 et 1998 – se seraient terminées avec un record de défaite de 100%. La saison 1999 se serait un peu mieux déroulée avec une victoire sur quatre, même si la seule victoire était survenue lors du deuxième match.

READ  Dele Alli serait la priorité de Pochettino au PSG

Le seul changement majeur dans le scénario a été la nomination de Warren Gatland après la défaite au premier tour en 1998. La démission de Brian Ashton 13 jours après la défaite à domicile contre l’Ecosse a laissé Gatland avec une quinzaine de jours pour planifier un voyage intimidant au Stade de France.

Une défaite 18-16 face à d’éventuels vainqueurs du Grand Chelem – dont un premier buteur irlandais à Paris depuis 18 ans grâce à l’interception et au but de Denis Hickie – s’est avérée un signe encourageant pour le nouveau régime, même s’il est transpercé par le fait que des défaites plus lourdes contre le Pays de Galles et l’Angleterre suivrait immédiatement.

Bien sûr, deux ans plus tard, Brian O’Driscoll s’est servi à trois essais parisiens à la fois dans une célèbre victoire avec Gatland à la barre. Quelle différence font 741 jours, hein.

1998 en France: C O’Shea; R Wallace, K Maggs, R Henderson, D Hickie; E Elwood, C McGuinness; R Corrigan, K Wood, P Wallace, P Johns, M O’Kelly, D Corkery, V Costello, A Ward. Substitutions: R Nesdale pour Wood, 60 ans; N Popplewell pour Corrigan, 60 ans; M Galwey pour Johns, 65 ans; P Clohessy pour P Wallace, 65 ans.

2000 en France: G Dempsey, K Maggs, B O’Driscoll, R Henderson, D Hickie, R O’Gara, P Stringer, P Clohessy, K Wood, J Hayes, M Galwey, M O’Kelly, S Easterby, K Dawson, A Foley . Substitutions: F Sheahan, J Fitzpatrick, P Johns, T Brennan, D Humphreys, G Easterby, M Mullins.

L’entraîneur irlandais Warren Gatland regarde le sélectionneur de l’époque Donal Lenihan réconforte Ross Nesdale

Bien sûr, il n’y avait que deux ans et 11 jours entre les matchs, mais alors que des “enfants” comme O’Driscoll, Ronan O’Gara et Peter Stringer avaient été présentés à l’équipe (bien que depuis 1999 pour le premier de ceux-ci), le l’eau du bain était essentiellement tirée d’une partie importante du pool de joueurs qui s’y trouvait dans des eaux plus troubles.

READ  Gagnants de Job et Rogers des courses Porsche Tag Heuer Esports Barcelona

En particulier, une grande partie de l’équipe de 1998 qui a débuté contre la France était dans ce que l’on pourrait appeler un «bon âge» lors du championnat de cette année. L’âge moyen était de 26 ans et seuls deux joueurs venaient de frapper 30 mois plus tôt dans leurs premières années de professionnalisme.

Et une partie de cette équipe du tournoi était toujours en charge de la sélection de la Coupe du monde de rugby 2003, à savoir Keith Wood, Reggie Corrigan, Malcolm O’Kelly, Victor Costello, David Humphreys et Kevin Maggs, tandis que Denis Hickie aurait passé la blessure pour soumettre quatre ans. plus tard.

La profondeur de la piscine était évidemment moins profonde à l’époque avant les parcours académiques, mais il est intéressant de noter qu’une grande partie de l’équipe de 1998 a aidé le rugby irlandais à sortir des profondeurs au tournant du millénaire.

Le profil d’âge de l’équipe irlandaise actuelle est également assez positif, mais la plupart des fans espèrent une autre évolution discrète, en termes d’approche tactique, voire de changements de personnel en gros, avant la Coupe du monde 2023 en France.