L’Irlande a été attirée dans une zone de confort bleue

L’Irlande d’Andy Farrell joue dans un scénario. C’est complexe, superposé et nuancé plutôt qu’un blockbuster idiot plein de sons et de fureur – et quiconque a vu Irish Rugby: The Movie sait comment cela se termine.

Ce n’est pas tant une critique qu’un constat. Entré samedi dans la vasque du Stade de France, ce scénario irlandais et ses diverses adaptations avaient remporté neuf matchs d’affilée, tous depuis leur dernier combat avec les Bleus, dont les All Blacks. L’Irlande est allée en France en tant que troisième équipe au monde pour une bonne raison.

Mais le manager français Fabien Galthie connaît si bien le film et ses suites qu’il a mémorisé chaque ligne, chaque signe de tête et chaque clin d’œil.

Son équipe aussi, les 23. L’Irlande croyait avoir ajouté de l’inattendu dans les réécritures, mais les Bleus ont montré que leur imprévisibilité était prévisible. Il a trouvé une faiblesse.

Il s’avère que les rebondissements du plan de match de l’Irish Rugby Universe sont télégraphiés si vous le recherchez.

On aurait dû savoir que la France avait une copie du scénario. Les côtés silencieux ont dit haut et fort lorsqu’ils ont insisté sur le fait qu’ils avaient compris que les jeux de scène de l’Irlande étaient la chose la plus importante dans la semaine menant à une victoire 30-24, alors que les joueurs et les entraîneurs ont fait des références répétées à l’Irlande « jouant leur rugby ».

Avec le recul, cela va sans dire. Mais à l’époque, c’était facile à manquer, comme la première apparition d’une seule image de Tyler Durdon dans Fight Club, la poignée de porte rouge dans The Sixth Sense, ou certains des aperçus de nombreux films d’Hitchcock, si vous ne le saviez pas, Regarde ça.

READ  Est-il disponible sur Netflix ?

La France a répété la ligne après le match, comme pour montrer à quel point elle avait été intelligente dans les 80 minutes pulvérisées. Backrow François Cros a déclaré aux journalistes: « L’Irlande est une équipe très propre, elle ne fait pas beaucoup d’erreurs et elle tient très bien le ballon.

« Quand vous les laissez définir leur rythme et jouer leur rugby, vous savez qu’ils vont être très dangereux. »

La France a donc refusé de laisser l’Irlande « jouer son propre rugby ». Cela aurait pu sembler féroce pour le plaisir, mais il y avait une froide logique derrière le club. La France a voulu faire entrer l’Irlande dans le royaume de l’improvisation rugbystique, où elle est beaucoup plus à l’aise que l’Irlande.

La remise en jeu rapide du capitaine Antoine Dupont dès la première minute, son refus de laisser l’Irlande s’installer après la plus petite des erreurs – un coup de pied de sortie plus court que prévu de son adversaire Jamison Gibson-Park – n’étaient que le premier signe que la France prendrait des visiteurs où ils ne voulaient pas aller.

Sortie de sa zone de confort face au rugby brutal des fondamentaux adverses, l’Irlande a découvert à quel point elle s’appuyait sur son scénario. Ils n’ont pas modifié leurs lignes, loin de là, mais la mise en scène générale manquait de certitude par rapport aux performances passées. Il suffisait à la France de tenir son plan de match. Et puis ils l’ont retourné.

L’ailier Melvyn Jaminet a marqué quatre pénalités en première mi-temps et une autre après 44 minutes, lorsque l’Irlande – 53 minutes sans pénalité contre le Pays de Galles une semaine plus tôt – a brisé à plusieurs reprises sous la pression française incessante. C’était 19-7 à la mi-temps et 22-7 immédiatement après.

READ  L'Allemagne soutient la France pour une Europe "plus souveraine" alors que Paris se prépare à la présidence de l'UE

Mais, cinq minutes après le début de la seconde mi-temps, l’Irlande a trouvé les bons mots dans le bon ordre, marquant deux buts pour revenir à un match qui semblait perdu. Cela aurait pu être le temps des ténèbres avant l’aube d’une histoire de péché et de rédemption.

Galthie est revenu sur ces cinq minutes où l’Irlande menaçait de reprendre le contrôle : « On s’est un peu saoulé en deuxième mi-temps. Nous avons un peu négligé l’abordage et dévié de nos plans défensifs. Contre ces [top] équipes, il faut accepter d’avoir des périodes de faiblesse et travailler à limiter leur impact, qui peut parfois être violent ».

Là où la France d’autrefois aurait craqué sous cette pression, cette équipe est plus résiliente.

« On a su reprendre le contrôle dans des conditions physiquement et psychologiquement difficiles, un peu comme contre la Nouvelle-Zélande », a déclaré Galthie.

« L’organisation de l’équipe est la même depuis 30 minutes. Au-delà de la victoire, qui est très, très positive, il y a une expérience collective qui se développe, une forme de confiance qui imprègne l’équipe ».

Cette France – face à la vente au Stade de France et à 8,5 millions d’écrans de télévision supplémentaires à travers le pays – n’aurait pas permis un retour au scénario Hollywood Jonny Sexton 2019.

A la 55e minute leurs remplaçants sont arrivés – des finisseurs, dans la manière actuelle de nommer les équipes de France -. Ils ont dépassé leurs rôles, comme ils l’ont fait contre les All Blacks en novembre, et ont de nouveau mérité les éloges de Galthie.

READ  Dave Chappelle et 'The French Dispatch' montrent que même les talents les plus doués peuvent parfois utiliser un éditeur

« Nous nous y étions préparés, avec six attaquants pour prendre le relais en début de match. Nous avions demandé un gros engagement aux cinq premiers propriétaires, avec un autre prêt à prendre le relais.

« Ça a été bien fait. Cette option tactique du banc à six attaquants a produit deux fois des résultats positifs, très positifs ».

Cette victoire – la troisième victoire consécutive des Bleus contre l’Irlande depuis que l’entraîneur-auteur Galthie a pris la tête en 2020 – fait partie de son histoire française. Eux seuls peuvent faire un Grand Chelem maintenant, mais ces deux mots ne sont pas encore dans leur scénario.

Dupont a rapidement interrompu les discussions sur une séquence de victoires parfaites après que la France soit allée deux par deux en championnat. « Nous avons tous appris au cours des deux dernières années que les défaites en Ecosse nous ont coûté cher », a-t-il déclaré. « Nous n’allons donc pas parler de Grand Chelem pour l’instant.

Nous allons nous concentrer sur le prochain match car nous connaissons le défi qui nous attend. On connaît bien cette équipe écossaise, donc on espère avoir quelque chose de sympa à jouer dans un mois. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here