L’OM affrontera Nîmes au début de la 13e journée et l’entraîneur portugais aurait préféré, en termes de reprise après l’Olympiakos, que le match se déroule samedi à 17 ans par exemple. Cependant, le fait d’ouvrir le ballon offre aussi un bel avantage: celui, en cas de victoire, celui de passer le week-end sur le canapé à regarder la compétition se déchirer. Le meilleur des récupérations. Pour l’instant, si l’on se fie à la moyenne des points par match, les OM sont en tête, avec un pic de 2,1. Suivi par le PSG (2.08) et un quatuor composé de Lille, Lyon, Monaco et Montpellier à 1.92. Samedi, cependant, un Montpellier-PSG est au programme et dimanche Lille-Monaco. Mais pour se frotter les mains, il faut gagner au stade des Costières, et pour cela l’entraîneur doit faire face à un effectif que certains commencent à tendre la langue.

Villas-Boas est toujours aussi brutal lors d’une conférence de presse …

André Villas-Boas a donc prévenu qu’il y aurait un certain turn-over. Dans son esprit, c’est définitivement le plus gros match de la semaine. Mais il a toujours été avec son staff attentif à l’état de forme, jamais trop serré sur la corde avec un joueur au point de le voir péter. Il devrait donc continuer. Il est maintenant temps de récupérer, avec des séances plus légères. Mais jusqu’ici pas de calinothérapie. Lors d’une conférence de presse d’avant-match, André Villas-Boas n’a pas déprimé ses joueurs mais il n’a épargné personne. Assurer Cuisance, dont le tweet de déception après l’OM-Olympiakos a été remarqué, par exemple, il a lui-même donné une couche à sa déception, avec désinvolture: “Je l’ai eu dans mon bureau hier, il était déçu de son jeu. Je lui ai expliqué les raisons pour lesquelles il est sorti très tôt dans le match. Je veux continuer à lui faire confiance. ” Pour Payet, il a révélé que le personnel avait mis en place un programme spécifique pour lui: “Ce sont des choses différentes liées à sa condition physique, évidemment sa nutrition et sa récupération ». Je ne suis pas sûr que la position de l’adverbe ne chatouille pas l’ego du meneur de jeu. Mais le plus gros coup de poing était donc sur le mercato et Luis Henrique: “Nous sommes peut-être perdus, car Luis ne sera pas le joueur auquel nous avons pensé, avec la possibilité de jouer à ce poste. Nous devrons peut-être faire quelque chose en janvier “.

… pour détourner l’attention?

Une formule choquante, qui a le mérite de la franchise, si rare dans cet exercice, et qui ne plaît pas au jeune brésilien. AVB a rappelé qu’il fallait le recruter cet été, pour ne pas attendre le prochain où il vaudra déjà le triple. La pierre est peut-être plus pour le jardin de Pablo Longoria, qui n’a pas réussi à lui trouver un avant-centre cet été … mais aussi pour le sien: Villas-Boas avait garanti ce pari “Luis Henrique, l’ailier qui deviendra avant-centre” quand est embauché, alors que tout l’été il s’est souvenu qu’il voulait un neuf mais être numéro 2 derrière Dario Benedetto, qui avait toute sa confiance. Il ne faut pas exclure une ruse dont les Portugais ont le secret. Après son discours, les débats se sont focalisés sur cette déclaration, pas sur les comédiens ou sa composition … Pour mieux surprendre Nîmes?

READ  Les championnats du monde de cyclocross devraient se poursuivre malgré l'épidémie de COVID-19 à Ostende