Patrick Dupond, virtuose du ballet français, est décédé à l’âge de 61 ans

A 16 ans, M. Dupond est admis au Ballet de l’Opéra de Paris et M. Bozzoni propose de participer au concours Varna. Après avoir remporté la médaille d’or, il gravit régulièrement les échelons de l’Opéra de Paris, même si sa technique virtuose et son style captivant ne sont pas du goût de tout le monde.

“Bien sûr, vous ne voulez pas éteindre le feu, l’usine ou l’enthousiasme”, a déclaré Violette Verdy, alors directrice du Ballet de l’Opéra de Paris, dans une interview au Times en 1977. “Mais il faut aussi frapper. lui sur la tête et lui expliquer que ce qu’il fait parfois est de si mauvais goût qu’il appartient plus au Moulin Rouge qu’à l’Opéra de Paris. “

“C’est parce que je l’aime tellement”, a ajouté Mme Verdy, “que je suis particulièrement dure avec lui.”

La qualité de star et le charisme de M. Dupond ont fait de lui un favori du public même après son départ de l’Opéra en 1997. En 2000, un grave accident de voiture lui a laissé 134 fractures, des douleurs constantes et une dépendance à la vie. Morphine qu’il a fallu un an pour surmonter . Mais il est retourné au studio, travaillant avec M. Bozzoni pour retrouver ses forces. Moins d’un an après l’accident, il est apparu sur scène dans une comédie musicale, “Un Air de Paris”.

En 2004, il a rencontré Leila Da Rocha, ancien basketteur professionnel qui s’était reconverti en tant que danseur et chorégraphe. Bien que M. Dupond ait toujours été ouvert sur son homosexualité, notamment dans une autobiographie, «Étoile» (2000), il a décrit leur rencontre comme un coup de foudre.

READ  Appelle mon agent! Netflix, revue de la saison 4: évasion pétillante et sophistiquée

Mme Da Rocha l’a encouragé à apparaître dans plusieurs émissions de télé-réalité, y compris, plus récemment, en tant que membre du jury de l’édition française de “Dancing With the Stars”, et ensemble ils ont enseigné et mis en scène des pièces de théâtre dans son école de danse à Soissons. .

En plus de Mme Da Rocha, M. Dupond a survécu à sa mère.

Dans une interview accordée au journal Libération en 2000, Dupond expose son credo d’artiste: «Plaire, séduire, distraire, enchanter; Je sens que je n’ai vécu que pour cela. “

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here