Trois personnes blessées ce week-end dans les derniers accidents de chasse en France | France

Un randonneur de 26 ans a reçu une balle dans le bras lors d’une série d’incidents liés à la chasse à France au cours du week-end, mettant à nouveau l’accent sur la question.

L’homme se promenait dans les Alpilles en Provence lorsqu’il a été touché par une balle perdue au biceps. Il a été héliporté à l’hôpital d’Avignon. Un chasseur, dit-on dans la trentaine, a été arrêté.

L’incident survient moins de 24 heures après qu’un homme de 64 ans a été grièvement blessé après avoir reçu une balle dans le ventre alors qu’il participait samedi à une chasse au sanglier en Dordogne. Il a été transporté à l’hôpital où son état a été décrit comme grave mais ne mettant pas sa vie en danger. Un chasseur de 34 ans a été arrêté et interrogé par la police.

Dans un troisième incident, un chasseur de 58 ans a été hospitalisé dimanche dans la ville bretonne de Brest après avoir été touché à la tête par des balles en plomb alors qu’il chassait la bécasse.

La police enquête sur les trois incidents.

Plus tôt ce mois-ci, deux chasseurs ont été jugés à Cahors pour l’homicide involontaire présumé d’un homme anglo-français, Morgan Keane, 25 ans, qui a reçu une balle dans la poitrine après avoir été pris pour un sanglier alors qu’il coupait du bois sur sa propriété du Lot, dans le sud-ouest de la France, en décembre 2020 Le Le tireur a admis avoir tiré le coup de feu mortel mais l’organisateur de la chasse, également prévenu, a nié les affirmations de l’accusation selon lesquelles l’événement était « totalement désorganisé » et « intrinsèquement dangereux ».

En février de cette année, une femme de 25 ans marchant sur un chemin balisé du Cantal a été tuée par un chasseur.

Selon l’Office français de la biodiversité (OFB), il y a eu 90 accidents liés à la chasse au cours de la saison 2021-22, dont huit mortels, même si le nombre d’accidents de chasse a diminué au cours des 20 dernières années. Toutes les victimes sauf deux étaient des chasseurs.

Willy Schraen, de l’équipe nationale du pays Chasse La Fédération, qui représente environ 800 000 chasseurs licenciés, a défendu leurs activités et affirmé que le risque zéro n’existe pas. Schraen a provoqué l’indignation plus tôt cette année lorsqu’il a suggéré à quiconque craignant d’être frappé de rester à la maison.

« Ils devraient rentrer chez eux à pied pour ne pas avoir de problème… tu peux toujours être touché par une balle perdue, mais ne t’inquiète pas, tu as plus de chance d’être tué par un tueur en France que par un chasseur, », a-t-il déclaré à BFMTV.

Dans un récent article de Journal dominical français Journal du Dimanche, Schraen a suggéré que la chasse était « la première d’une longue liste d’activités considérées comme amorales par les idéologues qui, dans une société souffrante, considèrent l’animal comme sacré et idéalisent la nature ».

Il a ajouté : « La chasse, c’est aussi la tradition, la transmission, le partage, la convivialité, mais surtout la pratique du pur bonheur ! »

La fédération a rejeté une proposition du Sénat, la chambre haute du parlement, d’interdire la consommation d’alcool pendant les chasses, malgré un récent sondage YouGov pour le HuffPost montrant que 85% des répondants sont favorables à une interdiction.

READ  La Belgique restera au calendrier de la Formule 1 en 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here