Un radar spatial sur Terre voit le site d’atterrissage d’Apollo 15 sur la surface de la lune

En juillet 1971, Apollo 15 a décollé de la Terre en tant que neuvième mission habitée sur la Lune. Il a atterri là-bas, dans la région de Hadley Reel, et est devenu la première expédition humaine dans un autre monde utilisant le transport automatisé: le fameux module lunaire.

La lune est l’objet le plus proche de la Terre dans l’espace, et elle a été la cible d’une étude intense depuis que les humains ont réalisé qu’il s’agissait d’un corps astronomique. Mais voir sa surface comme une image générée par radar n’est pas quelque chose qui se produit tous les jours.

En novembre 2020, l’observatoire de la Banque verte de la National Science Foundation (GBO) a utilisé le télescope Green Bank (GBT) en Virginie-Occidentale pour faire exactement cela. Utilisé Apollo 15 Le site d’atterrissage en tant que cible, et lorsque tout est terminé, restaurez l’image que vous voyez comme photo principale de cette pièce.

La réalisation a été annoncée par le GBO fin janvier, avec quelques détails sur la façon dont tout s’est passé.

Selon l’organisation, il a travaillé aux côtés de l’Observatoire national de radioastronomie (NRAO) et Raytheon Intelligence & Space. Ce dernier était chargé de fournir un nouvel émetteur capable d’envoyer un signal radar puissant dans l’espace.

Bien que le test ait été étonnant dans le résultat, ce n’était qu’une preuve de concept, car la lune n’est pas la principale cible de la technologie. Au lieu de cela, il est probable que le NRAO et le GBO l’utiliseront lorsqu’un émetteur plus puissant fonctionne à pleine capacité pour augmenter la capacité de détecter de petits objets traversant la Terre.

READ  Le vaisseau spatial Perseverance arrivera sur Mars avec un bang: comment la NASA écoutera-t-elle

Le plan est d’avoir 500-kilowatt Le système radar est capable de voir ces objets dans les moindres détails, mais est également capable d’envoyer ses signaux sur les orbites d’Uranus et de Neptune pour voir ce qu’il y a là-bas.

“Le système prévu constituera un bond en avant dans la science radar, permettant d’accéder à des caractéristiques sans précédent du système solaire à partir d’ici sur Terre”, Il a dit dans déclaration Karen O’Neill, directrice du site Web de l’Observatoire de Greenbank.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here