« Year of Light » a été interdit sur 14 marchés après la controverse sur les baisers homosexuels

Publié le: Modifié:

Los Angeles (AFP) – La dernière animation de Disney « Lightyear », qui met en scène des baisers homosexuels, s’est vu refuser la sortie dans plus d’une douzaine de pays majoritairement musulmans, a déclaré mardi à l’AFP une source proche de la société.

Les pays d’Asie et du Moyen-Orient ont refusé de montrer le spin-off « Toy Story » de Pixar, dans le dernier développement de la société mère Disney alors qu’il tente de naviguer dans différentes attitudes publiques et politiques sur les questions LGBTQ.

Les régulateurs des Émirats arabes unis ont annoncé cette semaine qu’ils interdiraient le film pour « violation des normes de contenu médiatique du pays », tweetant une photo du héros titulaire Buzz Lightyear avec un symbole « Non » rouge.

L’Indonésie, le plus grand pays à majorité musulmane du monde, a déclaré qu’elle n’avait pas interdit le film, « mais a suggéré que le propriétaire du film pense à son public en Indonésie, où une scène de baisers LGBT est toujours considérée comme sensible ».

Rommy Fibri Hardiyanto, chef du bureau indonésien de la censure supervisé par le ministère de l’Éducation et de la Culture, a déclaré à l’AFP que Disney n’avait pas proposé de version coupée de « Lightyear ».

En Malaisie voisine, le Film Censorship Board a déclaré que si aucune réduction n’avait été faite, le film n’aurait pas été projeté dans le pays.

« Ce n’est pas approprié de montrer les deux scènes et elles ne conviennent pas aux enfants », a déclaré à l’AFP un responsable sous couvert d’anonymat.

READ  Maro Itoje pense que les divertissements de style Super Bowl peuvent profiter à l'union de rugby

On pense que Disney a refusé de faire des coupes, offrant le film « tel quel » sur tous les marchés.

En conséquence, un total de 14 pays et territoires où la société voulait montrer « Lightyear » n’ont pas autorisé la sortie du film, a appris l’AFP.

Les autres sont : Bahreïn, Égypte, Irak, Jordanie, Koweït, Liban, Oman, Territoires palestiniens, Qatar, Arabie saoudite et Syrie.

Arrière plan

« Lightyear » raconte l’histoire du personnage principal de la franchise à succès « Toy Story », une figurine d’action qui croit qu’il est réel.

Le film suit Buzz Lightyear, vraisemblablement l’astronaute aventureux qui a inspiré la figurine, alors que lui et ses collègues rangers de l’espace s’écrasent sur une planète hostile.

Une scène représente la meilleure amie de Buzz, Alisha Hawthorne, embrassant sa femme.

La scène était déjà un sujet de controverse aux États-Unis, où elle a été initialement coupée du film final.

Pixar et Disney ont fait marche arrière après que des employés les ont appelés, affirmant que l’une des plus grandes sociétés de divertissement au monde n’était pas suffisamment engagée dans la défense des droits des personnes LGBTQ.

La polémique fait suite à une loi votée en Floride, où Disney emploie environ 75 000 personnes, qui interdit toute discussion sur l’orientation sexuelle dans les écoles publiques. L’entreprise était initialement silencieuse sur la mesure.

Sous la pression du public et de ses propres employés, le PDG de Disney, Bob Chapek, a finalement dénoncé la loi dite « Don’t Say Gay », mais ce faisant, il s’est attiré la colère des législateurs républicains de l’État.

Les politiciens conservateurs tentent maintenant de supprimer certains avantages dont l’entreprise bénéficie depuis longtemps.

READ  Le stade DRV PNK accueillera le match amical entre la Colombie et le Honduras le 16 janvier

L’épisode a conduit Disney à devenir un fouet pour les médias de droite, où le nom est une abréviation de ce qu’ils disent être un « réveil » performatif.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here