Breda renonce à un “événement test” pour 10 000 personnes après les manifestations

Le maire de Breda Paul Depla, © ANP via Belga

La mairie de Breda, près de la frontière belgo-néerlandaise, a décidé de ne pas accorder de permis même pour un week-end programmé auquel 10 000 personnes participeront.

Le soi-disant “ événement test ” a été organisé pour montrer que des événements de masse pouvaient être organisés pour être protégés de Covid, dans le but d’ouvrir le secteur de l’événementiel, qui a été en grande partie fermé aux Pays-Bas – comme en Belgique – pendant la pandémie.

Les participants passeraient tous un test négatif dans les 40 heures précédant l’événement, seraient masqués et la distanciation sociale observée.

Cependant, l’événement a suscité une controverse en raison de sa taille et un médecin d’un hôpital près du site de l’événement a lancé une pétition contre lui. La pétition a recueilli 368 000 signatures en très peu de temps (la population de Breda est de 150 000 habitants).

D’autre part, un million de personnes se sont inscrites en ligne pour un billet pour l’événement, appelé 538 Oranjedag, alors que la limite de participation a été fixée à 10 000. L’événement devait être le point de repère d’une campagne qui toucherait tout le pays, avec d’autres événements avec un public de centaines ou de milliers de personnes.

Mais l’opposition a suffi à convaincre Paul Depla, le maire de la ville, de rejeter une demande de permis. Officiellement, la raison invoquée était la crainte par la police de la présence de manifestants contre les mesures anti-Covid, en même temps que les manifestants contre l’événement lui-même s’il se déroulait.

La station de radio 538, qui a donné son nom à l’événement, a déclaré qu’elle essaierait d’organiser une alternative. Pendant ce temps, Fieldlab, qui a organisé l’événement lui-même, a également annulé un événement de taille similaire à Lichtenvoorde près de la frontière allemande, en réaction à la publicité négative suscitée par l’événement de Breda.

Pendant ce temps, en Belgique, le ministère fédéral de la Santé a déclaré que le ministre Frank Vandenbroucke suivait de près les progrès des tests néerlandais. Aucun événement de ce type n’a encore été autorisé en Belgique, bien que l’idée ait été lancée par l’industrie. Un événement prévu à Hasselt pour la fin du mois d’avril a été reporté à plus tard en mai, même si une date précise n’a pas encore été fixée.

Alan Hope
Le Brussels Times

READ  L'Europe se termine sans tendance, entre emploi et tensions américano-chinoises

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here