Comment Gazo a changé le visage du rap français

Cette histoire est apparue à l’origine sur iD France.

Aussi loin qu’il se souvienne, Gazo il était fasciné par les pyramides : leur taille, la mythologie derrière elles. Son intérêt a commencé de manière assez enfantine, sans surprise puisqu’il l’a appris pour la première fois dans les cours d’histoire. Mais au fil du temps, le rappeur parisien a commencé à considérer les vastes constructions à un niveau plus profond, percevant un lien entre les pyramides et sa propre vie. « Aujourd’hui, on se demande encore comment ils sont arrivés là, comment les humains ont pu construire ce genre de structure à l’époque », nous raconte le jeune homme de 27 ans. « Et je pense que certaines personnes me regardent de la même manière. Ils se demandent comment j’ai réussi à percer; ils remettent en question mon succès, quelles ont été mes stratégies ». Il est probable que ce genre d’attention portée à sa carrière ne fera qu’augmenter avec la sortie de la nouvelle mixtape de Gazo, km, qui a chuté le mois dernier. Son nom est l’abréviation de « kemet », qui dérive à son tour du nom que les anciens Egyptiens donnaient à leur pays, alors considéré comme « terre noire ».

Tout en travaillant sur le projet, Gazo s’est rendu en Égypte avec son équipe, dont le photographe fifo, qui avait pour tâche de documenter le voyage. Le voyage n’a duré qu’une semaine, mais il a profondément marqué le musicien, qui s’en souvient comme d’un « moment incroyable » et d’une « expérience nécessaire ». Il a regardé les pyramides pendant des heures, confrontant des pensées existentielles alors qu’il contemplait les structures qui contiennent tant d’histoires, sans parler des théories sur leurs origines. « Cela dit, je ne voulais pas entrer », avoue Gazo en riant, « car après tout, ce sont d’immenses tombes. Vous écoutez toutes sortes d’histoires sur les malédictions et des choses comme ça – elles ne sont pas tout à fait Celui-la « Comme beaucoup d’artistes, le rappeur affirme qu’il n’est pas tout à fait à l’aise d’être interviewé, qu’il préfère être réservé plutôt que de laisser libre cours à ses sentiments. » ‘sais pas », dit-il, soulignant que c’est « trop ​​authentique pour faire semblant ».

Cela dit, Gazo semble avoir une énorme maîtrise de soi, dans ses interviews comme dans sa musique. km c’est son deuxième projet, mais nous en savons très peu sur l’homme derrière la musique. On sait qu’il est né en 1994 sous le nom d’Ibrahima Diakité, le plus jeune de cinq enfants. En proie à l’agitation, Ibrahima vivait aux marges juridiques et économiques de la société, oscillant entre les familles d’accueil et les squats. Il a fini par canaliser son énergie frustrée dans la musique, même s’il n’a jamais vraiment approfondi les détails d’une vie qu’il qualifie simplement de « spéciale ». « Je ne partage pas grand-chose sur moi-même. Et ce que je partage, je le dis assez vaguement », explique Gazo. « Je ne veux pas dire tout ce que j’ai à dire sur mes premiers albums. Je veux garder du matériel pour plus tard. Je veux tourner un peu autour du pot, garder quelques histoires pour d’autres projets. L’idée, c’est qu’à la fin de ma carrière, les gens auront l’impression de me connaître à 80 %. »

READ  Choix et cotes des Six Nations Ecosse vs Irlande

Après avoir couru sur le devant de la scène rap avec sa série free style fin 2019 (le top des charts Perceuse FR), sans oublier le banger enregistré avec le collègue rappeur français Bloquer Corléone (« Drill FR4 »), Gazo a vu son audience croître considérablement. Il ne se contente plus de rapper « pour les gens qui ne se soucient que de l’exercice », déclarant qu’il doit élargir son éventail s’il veut continuer à le tuer. Il compte aussi s’essayer à des propositions plus mélodiques, « pour mes fans, il y en a de plus en plus ».

Gazo pose dans une veste universitaire bleu Givenchy

Depuis le début, km a été conçu comme une mixtape avec quelque chose pour tout le monde. Il y a des fonctions invitées (Damso, Ninho et Tiakola), des réflexions sur l’amour (« FLOWERS »), un solo de violon (« DIE »), la haine de la vie dans la rue (« HENNESSY ») et un lien fort avec la scène britannique (« MALA » est un duo avec le Rappeur londonien avec la cagoule, M Huncho). Il y a aussi d’autres collaborations extraordinaires : un être particulier « GRA GRA BOUM » avec Skread. « Cette chanson est née à un moment où nous avions du mal à trouver un studio », explique-t-il. « Ablaye et Skread ont fini par nous prêter les leurs. J’ai vu Skread travailler sur différents projets et un jour je lui ai demandé s’il pouvait en faire un avec moi. C’est ce qui a donné « GRA GRA BOOM »: il symbolise vraiment la gentillesse des gens. Il y a des gens qui travaillent dans l’ombre, mais le travail qu’ils font est vraiment important. »

Avec un programme de tournage chargé et des semaines et des semaines de promotion d’album presque derrière lui (ainsi que des vidéos avec 10 millions de vues à montrer), Gazo insiste sur le fait qu’une partie de lui aurait préféré rester également dans les coulisses. C’est là qu’il se sent le plus à l’aise, là où il écrit ses paroles, parfois après avoir écouté le même morceau instrumental pendant des jours entiers. Il sait qu’à ce stade, il ne pourra jamais vraiment échapper au cirque médiatique. Il est devenu une star, un phénomène. Après que son premier album soit devenu platine, il est venu incarner une nouvelle ère du rap français ; quelque chose d’évident à la radio, dans les listes de lecture Spotify et même à la télévision. Fresh – le récent gagnant de Nouvelle écoleun talent show Netflix dans lequel des rappeurs s’affrontent pour un prix de 100 000 € – puise ouvertement dans les codes popularisés par Gazo.

READ  «Un problème dans la matrice», sur la théorie de la simulation

Ce qui ramène notre conversation à la case départ, aux pyramides qui ont tant marqué l’artiste. « Quand on regarde l’histoire de l’humanité, il y a eu un avant et un après la construction des pyramides », explique-t-il. « Et je ne veux pas être prétentieux quand je dis cela, mais il en va de même pour Perceuse FR. Il y a eu un avant et un après dans l’histoire du rap français. Je vois ce que j’ai apporté dans le genre. Je vois mon influence sur les autres rappeurs et j’en suis content. Avec km, cependant, Gazo refuse de simplement retourner aux pyramides. Au lieu de cela, il construit une nouvelle merveille du monde.

Gazo est assis sur un banc portant une veste universitaire bleue

Crédits


Photographie d’Ojoz
Merci au Château Voltaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here