PARIS: Emmanuel Faber, PDG et président du groupe alimentaire français Danone, a déclaré à l’hebdomadaire Journal du Dimanche qu’il n’avait pas une vision «dogmatique» selon laquelle le rôle devrait être scindé en deux.

Faber répond aux demandes de l’investisseur activiste Bluebell Capital Partners de démissionner après avoir acquis une participation dans la société à la fin de l’année dernière. Les actions de Danone ont chuté de 27% en 2020 et la société a été annoncée comme une cible de choix pour un fonds activiste.

“La séparation des rôles de président et de directeur général a fait l’objet de nombreux débats pendant des années”, a déclaré Faber au journal dans une interview publiée dimanche. “Est-ce essentiel? En tout cas, je n’ai pas de point de vue dogmatique sur la question.”

Faber est PDG depuis 2014 et a également assumé le rôle de président trois ans plus tard.

Il avait intensifié ses actions pour tenter de chasser les investisseurs militants, tout comme la pandémie COVID-19 compliquait davantage les perspectives du groupe et affaiblissait ses ventes à l’industrie de la restauration.

Il a annoncé un plan de suppression de 2 000 emplois en novembre et a déclaré qu’il réduirait les gammes de produits. Faber a confirmé que les suppressions d’emplois comprenaient 400 en France.

Faber a déclaré que la pandémie avait coûté au groupe un chiffre d’affaires de 1 milliard d’euros. Les ventes d’eau minérale ont chuté de 30%, a-t-il déclaré.