France: Les plaignants déposent un procès contre le profil racial de la police | Nouvelles | DW

Six organisations, dont Human Rights Watch et Amnesty International, ont déclaré mercredi avoir informé le gouvernement français de la création de profilage racial par la police.

Les groupes affirment que la police française cible les Noirs et les personnes d’origine arabe. Ils ont dit qu’ils envoyaient des avis juridiques au Premier ministre Jean Castex, ainsi qu’aux ministres de l’Intérieur et de la Justice du pays.

Les documents incluaient des appels à des mesures concrètes et à de vastes réformes de l’application de la loi pour garantir que le profilage racial ne soit pas utilisé pour déterminer qui a été arrêté par la police.

“Cette pratique est stigmatisante, humiliante et dégradante pour tous ceux qui en sont victimes en France”, Amnesty a déclaré dans un communiqué. “De nombreuses études établissent le caractère systémique de ces contrôles …”

“Malgré ces nombreuses études et de nombreuses condamnations publiques, les gouvernements successifs se sont limités à des changements cosmétiques et ont renoncé aux réformes structurelles nécessaires.”

La notification de la notification est une première étape obligatoire d’un processus juridique en deux étapes. Il donne aux autorités françaises quatre mois pour s’entretenir avec les ONG de la satisfaction de leurs demandes.

Premier cas du genre

Les critiques affirment que les abus de la police n’ont pas été contrôlés ou ont été blanchis par les autorités. Si les plaignants ne sont toujours pas satisfaits, l’affaire doit être portée devant les tribunaux.

Le procès est le premier cas de discrimination fondée sur la couleur ou les origines ethniques présumées en France et fait usage d’une loi peu utilisée de 2016.

READ  France vs Suisse Euro 2020 : quelle heure est le coup d'envoi, détails TV et notre pronostic

“C’est révolutionnaire, car nous parlerons au nom de centaines de milliers, voire d’un million de personnes”, a déclaré l’avocat Slim Ben Achour à l’agence de presse AP lors d’un entretien téléphonique.

L’action est principalement en faveur des citoyens français de deuxième ou troisième génération.

Une vidéo d’un incident récent mise en ligne a conduit le président français Emmanuel Macron à qualifier le profil racial d ‘”insupportable”.

Les ONG ont déclaré vouloir des réformes plutôt que des dommages pécuniaires, en particulier en ce qui concerne la loi régissant les contrôles d’identité. Les organisations affirment que la loi est trop large et ne donne pas suffisamment de comptes à la police.

Ils affirment également qu’ils n’accusent pas individuellement les forces de police d’être racistes car “elles agissent dans le cadre d’un système qui a permis à ces pratiques de se répandre et de s’installer”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here