La France augmente les vaccinations contre le COVID-19 ce week-end après un démarrage lent

PARIS, 7 mars (Reuters) – Des milliers de personnes à travers la France se sont déversées dimanche dans les centres de vaccination alors que le gouvernement intensifiait la vaccination contre les coronavirus pour alléger le fardeau des hôpitaux et éviter de nouvelles restrictions.

Les autorités françaises ont été critiquées pour la lenteur de l’introduction de la vaccination, qui n’a jusqu’à présent ciblé que les plus vulnérables. Environ 3,58 millions des 67 millions d’habitants de la France ont reçu un premier coup par rapport à la Grande-Bretagne voisine, qui est proche de 23 millions.

Alors que certains pays européens ont eu recours à de vastes verrouillages nationaux pour lutter contre une résurgence du virus stimulée par de nouvelles variantes, la France a opté pour un couvre-feu nocturne moins sévère et la fermeture de bars, restaurants et lieux de divertissement.

Le pays continue de voir les cas augmenter, avec une moyenne d’environ 23 000 nouveaux cas par jour, contre un peu plus de 6 000 en Grande-Bretagne, car les unités de soins intensifs sont de plus en plus saturées.

“C’est une course contre la montre”, a déclaré la ministre des Forces armées, Florence Parly, aux journalistes en visite dans l’un des quatre hôpitaux militaires ouverts dimanche pour les vaccinations.

Environ 220 000 personnes ont été vaccinées samedi, soit plus du double du nombre de la semaine dernière. La France prévoit de livrer 10 millions de coups au premier tour d’ici la mi-avril et 30 millions – soit les deux tiers de tous les adultes – d’ici l’été.

READ  Zack Snyder prépare le prochain film, l'aventure de science-fiction "Rebel Moon" sur Netflix - The Hollywood Reporter

Dimanche à Paris, où le virus se propage plus rapidement que partout ailleurs dans le pays, certains ont eu du mal à se faire vacciner.

“Il s’est avéré que j’ai dû attendre longtemps avant que quelqu’un réponde, prenne rendez-vous”, a déclaré à Reuters Lucette Ugolini, 87 ans, à la retraite, après avoir attendu six semaines.

Ayant besoin de vacciner 200 000 personnes par jour pour atteindre ses objectifs, on ne sait pas si le gouvernement recevra suffisamment de doses pour avoir un impact assez rapidement pour éviter un nouveau blocus.

«Nous ne pouvons qu’espérer que dans quatre semaines, le gouvernement pourra nous donner les mêmes fonds pour la deuxième injection, mais nous ne le savons pas. Nous naviguons sans calendrier précis. Nous faisons ce que nous pouvons », a déclaré à Reuters Ariel Weil, maire socialiste de quatre quartiers du centre de Paris. (Rédigé par John Irish; Édité par Elaine Hardcastle)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here